Catégories
Bouddhisme Comment Méditer Podcast

Méditer Comme le Dalaï Lama

Les trois aspects essentiels à la pratique méditative du 14e Dalaï Lama

En faisant mes recherches sur la pratique méditative du guide spirituel du peuple tibétain, j’ai découvert trois aspects essentiels à sa pratique.

J’ai été heureux de voir que je partageais avec le Dalaï Lama deux de ces trois aspects. Le troisième élément de sa pratique est pour moi une belle découverte, et je vais l’ajouter à mon approche de la méditation.

Lequel de ces trois aspects vous a le plus parlé ?

Note : Vous serez guidé à travers les exercices.

Podcast Méditer Comme le Dalaï Lama

Catégories
Bouddhisme La Compassion Lecture Méditative Podcast

L’Altruiste Heureux

Matthieu Ricard explique que dans la quête du bonheur, l’altruisme est bien supérieur à l’égoïsme. Dans cet épisode Lecture Méditative, on va découvrir un extrait du livre Plaidoyer pour l’altruisme.

Regarder L’Altruiste Heureux

Podcast L’Altruiste Heureux

Extrait texte

La recherche du bonheur égoïste semble vouée à l’échec pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, du point de vue de l’expérience personnelle, l’égoïsme, naît du sentiment exacerbé de l’importance de soi, s’avère être perpétuelle source de tourments. l’égocentrisme multiplie nos espoirs et nos craintes et nourri les ruminations de ce qui nous affecte.

L’obsession du moi nous conduit à magnifier l’impact du moindre événement sur notre bien être, à regarder le monde dans un miroir déformé. Nous projetons sur ceux qui nous entoure des jugements et des valeurs fabriquées par notre confusion mentale. Ces projections constantes nous rendent non seulement misérables, mais aussi vulnérables à toutes les perturbations extérieures et à nos propres automatismes de pensées, qui entretiennent en nous une sensation de malaise permanent.

L’étroitesse de notre monde intérieur fait qu’en rebondissant sans cesse sur les parois de cette bulle, nos états d’esprit et nos émotions s’amplifient de manière disproportionnée et envahissante.
La moindre joie devient euphorie, le succès nourrit la vanité, l’affection se fige en attachement, l’échec nous plonge dans la dépression, les déplaisirs nous irritent et nous rendent agressifs.

Nous manquons de ressources intérieures nécessaires pour gérer les hauts et les bas de l’existence.
Ce monde de l’égo est comme un petit verre d’eau : quelques pincées de sel suffisent à le rendre imbuvable. A l’inverse, celui qui a fait éclater la bulle de l’égo est comparable à un grand lac : une poignée de sel ne change rien à sa saveur.
Par essence, l’égoïsme ne fait que des perdants : il nous rend malheureux, et nous faisons à notre tour le malheur de ceux qui nous entoure.

La deuxième raison tient au fait que l’égoïsme est fondamentalement en contradiction avec la réalité. Il repose sur un postulat erroné, selon lequel les individus sont entités isolés, indépendantes les unes des autres.

L’égoïste espère construire son bonheur personnel dans la bulle de son égo.

Il se dit en substance : “ A chacun de construire son propre bonheur, je m’occupe du mien, occupez-vous du votre. Je n’ai rien contre votre bonheur mais ce n’est pas mon affaire.” Le problème est que la réalité est tout autre.

Nous ne sommes pas des entités autonomes et notre bonheur ne peut se construire qu’avec le concours des autres. Même si nous avons l’impression d’être le centre du monde, ce monde reste celui des autres.

L’égoïsme ne peut donc être considéré comme une façon efficace de s’aimer soi-même, puisqu’il est la cause première de notre mal-être. Il constitue une tentative particulièrement maladroite d’assurer son propre bonheur.

L’égoïsme et l’amour de soi, loin d’être identiques sont en fait deux attitudes opposées.

L’égoïste ne s’aime pas trop, mais trop peu; en fait, il se hait.

L’égoïste est un être qui ne fait rien de censé pour être heureux. Il se hait parce que sans le savoir, il fait tout ce qu’il faut pour se rendre malheureux et cet échec permanent provoque une frustration et une rage intérieure qu’il retourne contre lui et contre le monde extérieur.

Si l’égocentrisme est une constante source de tourment, il en va tout autrement del’altruisme et de la compassion. Sur le plan de l’expérience vécue l’amour altruiste s’accompagne d’un profond sentiment de plénitude, et, comme nous le verrons par ailleurs, c’est aussi l’état d’esprit qui déclenche l’activation la plus importante des aires cérébrales associées aux émotions positives.

On pourrait dire que l’amour altruiste est la plus positive de toutes les émotions positives.

De plus, l’altruisme est en adéquation avec la réalité de ce que nous sommes et de qui nous entoure. A savoir le fait, que tout est foncièrement interdépendant.

La perception habituelle de notre vie quotidienne peut nous porter à croire que les choses ont une réalité objective et indépendante, mais, en fait, elle n’existe qu’en dépendance d’autre chose. La compréhension de cette interdépendance universelle est la source même de l’altruisme le plus profond. En comprenant à quelle point notre existence physique,notre survie, notre confort, notre santé ect… dépendent des autres et de ce que nous fournit le monde extérieur — remèdes, nourritures…. — il devient facile de nous mettre à leur place, de vouloir leur bonheur, de respecter leur aspirations, et de nous sentir intimement concernés par l’accomplissement de ces aspirations.

La supériorité de l’altruisme sur l‘égoïsme, ne repose donc pas seulement sur des valeurs morales, mais aussi sur le bon sens et sur une juste perception de la réalité.

Merci à Loptimisme pour son curetage.

Catégories
Article invité Bouddhisme

Comment Devenir Bouddhiste

Ceci est un article invité de Bao, pratiquant de bouddhisme.

Comment devenir bouddhiste

Régulièrement quand les personnes pensent au Bouddhisme elles ont l’idée que c’est le fait de faire don de sa personne à la religion, or nous allons voir que ce n’est pas exactement le cas.

Sachez-le, en réalité être bouddhiste c’est tout autre ! Les Bouddhistes se décrivent avant tout comme des gens heureux. Devenir bouddhiste ne change pas comme par magie le monde qui nous entoure en fonction de nos envies mais nous avons le pouvoir de changer le cours de nos vies.

Vous me direz alors, qu’est-ce qui change à être bouddhiste ?

Pour être bouddhiste, nous n’avons pas besoin de porter un type d’habillement particulier, de changer nos habitudes alimentaires ou encore d’abandonner notre vie sociale et nos biens matériels.

Devenir Bouddhiste, c’est aussi simple que de changer notre perception de la vie. Faire abstraction des obstacles qui se dressent sur notre chemin au cours de notre vie. Voir tout ce qui nous entoure comme intéressant et plein de potentiel.

Certains me diront : “Oula ! Simple à dire mais pas facile à faire.”

Je répondrais à ces gens en leur disant simplement : “Tu dois comprendre les enseignements et utiliser des outils comme la méditation, ce qui va t’aider à te rapprocher de ce qu’est un bouddhiste et changer ta vision de ce qui se passe autour de toi au quotidien.”

Les enseignements du Bouddha sont un grand trésor de conseils utiles et chaque tradition met l’accent sur différents aspects du bouddhisme. Quand il s’agit de vivre les moines, les nonnes et les laïcs ont des styles de vie très différents.

Qu’est-ce qui fait de vous un bouddhiste ?

Pour pouvoir devenir bouddhiste, nous devons prendre la responsabilité de créer notre propre vie, avec la confiance que le karma fonctionnent vraiment est qu’il ne faut pas le négliger sous peine de vivre d’horribles malheurs. Par nos pensées et nos jugements, nous créons des habitudes et des attitudes qui nous limitent où nous libèrent. Par l’expérience, nous voyons que nous créons aujourd’hui les causes de nos situations de demain, cela reflète du Karma.

Si nous voulons prendre cette responsabilité et décider d’utiliser cette chance pour atteindre l’état de Bouddha, de quoi avons-nous besoin ?

Nous avons besoin de valeurs auxquelles nous pouvons faire confiance. L’esprit est la seule chose qui ne change pas. Il n’est pas né et ne peut pas mourir. Il est toujours présent et peut être partout comme l’espace.
L’illumination, ou bouddhisme, est un état d’esprit pleinement développé et est le but du bouddhisme. En tant que bouddhistes, nous établissons un lien avec cet état (nous nous y ouvrons) et c’est ce que nous appelons prendre refuge. Nous nous réfugions aussi dans les enseignements (Dharma) et notre maître (Lama) pour nous mener au but ultime, l’éveil spirituel qu’on appelle aussi le nirvana.

De l’état de joie infinie et d’accomplissement de l’illumination, nous pouvons faire en sorte d’impacter sur le bien être des autres pour qu’ils se sentent mieux au quotidien. Les bouddhistes renforcent donc aussi leur détermination à poursuivre leurs objectifs (le bien-être et le bonheur de tous), afin que nous puissions le partager avec d’autres. Cette noble tâche que se sont donné les bouddhistes est connue sous le nom de Promesse du bodhisattva.

Comment acquérir cette illumination ?

En pratiquant la méditation, nous nous habituons à être dans un état avec moins d’émotions perturbatrices et plus de joie et de clarté. Ensuite, nous essayons d’apporter cette maîtrise de soi acquis grâce à la méditation dans notre vie quotidienne.

Si une situation difficile se présente, pouvons-nous la voir d’un point de vue plus large avec moins de drame ?

– Dans le Bouddhisme, il faut toujours relativiser face à une déception ou la perte d’un être cher.

Pouvons-nous voir les qualités d’une personne qui déclenche nos émotions de tristesse ?
– Dans le Bouddhisme, il faut trouver le bon dans chaque être et l’accepter comme il est avec ces défauts.

Voici une de mes citations préférées qui évoque la prise de conscience des humains qui vous entoure : “Il est vraiment important de commencer la journée par le souvenir de la compassion. Cela ne doit pas être long, mais juste pour un instant, prenez conscience du nombre d’êtres qui existent et souhaitez vraiment que tout le monde soit libéré de la souffrance. Cela fait une grande différence si vous souhaitez que tout ce que vous faites leur soit bénéfique d’une manière ou d’une autre.”

– Hannah Nydahl, interview dans Buddhism Today

Notre pratique de la méditation est comme un laboratoire, nous travaillons sur nous-mêmes dans un environnement fermé. Ensuite, nous vérifions notre point de vue et nos réactions dans la vie quotidienne (coincés dans les embouteillages, en train de négocier au travail ou de faire de notre mieux avec nos partenaires, nos collègues de travail ou nos enfants.)

La preuve du développement spirituel est d’être mieux à même de gérer des situations de la vie réelle avec calme, habileté et humour.

Si tout ce que vous venez de lire vous semble raisonnable, alors il est naturel pour vous de vous demander par où commencer pour développer tout cela.

Par où commencer ?

Le moyen le plus facile en France est de trouver un centre bouddhiste près de chez vous, où vous pourrez vous initier au bouddhisme et apprendre la méditation. Il y a aussi des livres, des magazines et des conférences enregistrées disponibles pour vous aider à faire de vous une personne qui aime vivre et faire vivre les personnes qu’il l’entoure.

Si vous aimez l’expérience vécue dans les centres bouddhistes, alors il est conseillé d’assister à une conférence donnée par un maître bouddhiste comme Lama Ole Nydahl ou Karmapa quand ils enseignent dans votre pays.

Voir aussi Le Bouddhisme : une religion ?

Dès l’âge de 11 ans, Bao découvre en Chine, auprès de son grand-père, l’enseignement du bouddhisme. Il pratique la méditation et partage dans son blog sa connaissance du bouddhisme.

Catégories
Bouddhisme

Insatisfait ? La Réponse du Bouddhisme

À partir d’Ayutthaya (Thaïlande) découvrez l’enseignement du bouddhisme pour se libérer du sentiment d’insatisfaction chronique.
En janvier 2019, j’ai fait un voyage en Thaïlande où j’ai filmé une série de vidéos.
En voilà une nouvelle, faite à partir des vestiges d’un temple dans la vieille ville d’Ayutthaya. J’ai un très bon souvenir de cette mâtinée. Je me suis levé tôt pour profiter de la relative fraicheur (tout de même 24°C) du matin. 
Sur un scooter loué pour l’occasion, je sillonne les rues encore vides. Un signe lumineux affichant « Café/Breakfast » attire mon attention. J’ai encore 30 minutes avant que l’accès au temple soit possible. Je décide de m’arrêter pour manger un bout. Le café est encore vide, mais accueillant. La patronne finit de préparer la salle et me propose de me faire des oeufs et un café pour le petit-déj. 
Une fois le ventre plein, je remonte sur mon deux roues et prend la direction du temple Wat Phra Si Sanphet. Je suis le seul visiteur sur les lieux. Les majestueuses ruines, la riche végétation et le chant des oiseaux créent une atmosphère apaisante et nourrissante.

Regarder Insatisfait ? La Réponse du Bouddhisme

Catégories
Bouddhisme Interview Podcast

Entretien Avec un Lama Bouddhiste

Une discussion avec Arnaud Guétcheu qui a fait deux longues retraites de plusieurs années dans un temple bouddhiste. Il nous parle de son expérience et de sa vision de la méditation.

Regarder Entretien Avec un Lama Bouddhiste

Entretien Avec un Lama Bouddhiste Podcast


Lama Arnaud Guétcheu a découvert le bouddhisme en 1991 et accompli 2 longues retraites (2000/2001 et 2003/2007) dans la tradition himalayenne sous la direction d’un maître bhoutanais, dont la traditionnelle de 3 ans et 3 mois à l’issue de laquelle il a débuté une activité de transmission.

Il partage cette belle science de l’esprit à tous publics, en particulier via le site TERRES DE REPOS. Il a initié la création de l’Auberge des Bons et Vertueux, un lieu d’hébergement-retraites à Bodhgaya, la petite ville indienne où le Bouddha a atteint l’éveil.

Arnaud est aussi directeur de L’Ecole des Soleils, une petite école en Inde à deux pas de Bodhgaya.

Catégories
Bouddhisme Interview La Compassion Podcast

La Compassion Avec Arnaud Guétcheu

Dans cet épisode, je m’entretiens avec Arnaud Guétcheu, Lama bouddhiste. 

Arnaud définit ce qu’est la compassion, et nous explique pourquoi elle est souvent associée à la méditation.

Il nous parle des bienfaits de ce sentiment, et Arnaud répond à la question: doit-on ressentir de la compassion pour les personnes qui nous sont nocives?

Arnaud nous parle aussi de l’école qu’il a ouverte en Inde, l’École des Soleils, pour éduquer et soutenir les enfants d’un village se trouvant à deux pas de Bodhgaya (lieu ou le Bouddha atteint l’éveil).

Lien mentionné dans l’épisode

Lama Arnaud Guétcheu a découvert le bouddhisme en 1991 et accompli 2 longues retraites (2000/2001 et 2003/2007) dans la tradition himalayenne sous la direction d’un maître bhoutanais, dont la traditionnelle de 3 ans et 3 mois à l’issue de laquelle il a débuté une activité de transmission.

Il partage cette belle science de l’esprit à tous publics, en particulier via le site TERRES DE REPOS. Il a initié la création de l’Auberge des Bons et Vertueux, un lieu d’hébergement-retraites à Bodhgaya, la petite ville indienne où le Bouddha a atteint l’éveil.

Arnaud est aussi directeur de L’Ecole des Soleils, une petite école en Inde à deux pas de Bodhgaya.

Catégories
Bouddhisme La Compassion La Pleine Conscience Penseurs et Visionnaires Podcast

Qu’est-ce que L’ AMOUR ? Réponse d’un moine Zen

« Aimer sans savoir comment aimer blesse la personne que l’on aime »

Écouter l’épisode

Qu’est-ce que l’amour? On parle de l’amour inconditionnel, cet amour qui n’a besoin de rien en retour. Il y a l’amour passionnel qui peut détruire. Il y a l’amour omniprésent, celui qui émerge lorsque la peur disparait et donne du sens à la vie. La chanson ne dit-elle pas « Nous n’avons besoin que d’amour! »

Le sentiment d’amour accompagne nos vies. Parfois il grandit et d’autres fois se perd dans nos soucis. L’amour par moment nous apporte une grande joie, mais lorsqu’il semble avoir disparu, nous rempli de désespoir. Mais malgré cette proximité, pour beaucoup, l’amour reste un mystère.

amour citation2

Mais qu’en pense le bouddhisme, cette philosophie épurée de la vie fondée sur l’expérience des sens et du moment présent?

Qu’est ce que l’amour selon le bouddhisme

La réponse nous vient de l’un de ses plus respectés porte-parole, le moine zen vietnamien Thich Nhat Hanh. Un ouvrage, How to Love (ed. Parallax Press), vient de paraître avec une collection de ses observations sur ce vaste sentiment humain.

thich nhat hanh citation

Nhat Hanh note en essence qu’aimer l’autre c’est le comprendre. Et par comprendre, il entend: être capable de ressentir, sans jugement, le profond sentiment d’insatisfaction qui fait souffrir la personne qui est face à nous. Comprendre l’autre commence par créer suffisamment d’espace en soi pour d’abord se comprendre soi-même et pour ensuite pouvoir accueillir l’autre.

Si vous mettez une poignée de sel dans un verre d’eau, l’eau devient imbuvable. Mais si vous mettez le sel dans une rivière, on peut continuer à y collecter l’eau pour cuisiner, nettoyer et la boire. La rivière est immense, et elle a la capacité de recevoir et de transformer. Lorsque nos coeurs sont étroits, notre compréhension et notre compassion sont limitées, et nous souffrons.

Nous ne pouvons alors pas accepter ou tolérer les autres et leurs manques, et nous demandons qu’ils changent.

Mais lorsque nos coeurs s’élargissent, ces mêmes choses ne nous font plus souffrir. Nous avons suffisamment de compréhension et de compassion et nous pouvons étreindre les autres. Nous acceptons les autres tels qu’ils sont, et alors, ils ont la possibilité de se transformer.

Il ajoute

Comprendre la souffrance d’autrui est le plus cadeau que l’on peut offrir à une personne. La ‘compréhension’ est l’autre nom de l’amour. Si vous ne comprenez pas l’autre, vous ne pouvez pas aimer.

Le moine zen explique que tout commence par soi. Pour aimer l’autre, il faut d’abord être conscient de ses propres sentiments.

amour citation

Lorsque nous nourrissons notre propre joie, nous nourrissons notre capacité à aimer. C’est pourquoi aimer c’est d’abord apprendre l’art de nourrir notre joie d’être.

Nhat Hanh observe que notre capacité à aimer a été influencée par notre éducation et nos proches.

Si nos parents ne se sont ni aimés ni compris, comment pouvons-nous alors savoir à quoi l’amour ressemble? Le plus précieux héritage que les parents peuvent donner à leurs enfants est leur propre bonheur.

Nhat Hanh parle aussi de la différence entre infatuations, ce fantasme de ce que l’autre peut devenir pour soi, et amour.

Souvent, nous désirons une personne non pas parce que nous l’aimons et la comprenons véritablement, mais pour nous distraire de nos propres souffrances. Lorsque nous apprenons à aimer et à comprendre qui nous sommes, ainsi qu’à développer une vraie compassion envers soi-même, alors nous pouvons vraiment aimer et comprendre la personne en face de soi.

Nous ne sentons parfois vide avec un grand sentiment de manque. Nous n’en connaissons pas la cause: c’est très vague, mais ce sentiment de vide en soi est bien présent. Nous espérons que quelque chose de mieux arrive pour nous permettre de nous sentir moins seuls, moins vides.

Le désir de se comprendre et de comprendre la vie est profond. Il y a également une forte aspiration à être aimé et à aimer. Nous sommes prêts à être aimés et à aimer. C’est tout à fait naturel.

Le moine zen ajoute que parce que nous nous sentons vides, nous essayons de trouver quelque chose à l’extérieur pour compenser ce manque. Au lieu de prendre le temps de mieux nous connaître soi-même, nous nous précipitions vers les objets de l’extérieur pour assouvir notre mal-être.

Lorsque nous utilisons l’autre pour assouvir nos attentes, ce qui n’est bien sûr pas possible, nous allons continuer à nous sentir vides. Chez la plupart des gens, il y a ce désir continu et cette attente que quelque chose de mieux va arriver.

Ce perpétuel sentiment d’insatisfaction ne peut pas se résoudre à l’aide de l’extérieur (rencontrer un partenaire de vie, s’enrichir…). Il est une invitation à développer plus de compréhension et de compassion envers soi-même.

amour citation3

Nhat Hanh continue sur l’importance de d’abord faire la paix avec soi-même avant de pouvoir rencontrer l’autre.

L’essence de l’amour bienveillant est d’être capable d’offrir de la joie. Vous pouvez être comme un rayon de soleil pour une autre personne. Vous ne pouvez pas offrir de la joie tant que vous ne l’avez pas en vous. Donc, construisez un refuge en vous, en vous acceptant et en apprenant à vous aimer et à vous guérir. Apprenez à pratiquer la pleine conscience de telle façon à pouvoir créer ses moments de joie pour votre bien-être. Alors seulement, vous aurez quelque chose à offrir à l’autre personne.

Lorsque vous aimez une personne, il doit y avoir de la confiance et de la complicité. L’amour sans confiance n’est pas tout à fait de l’amour. Bien entendu, vous devez d’abord commencer par avoir de la confiance et du respect envers vous même. Sachez que vous avez de la bonté et de la compassion en vous. Vous faites partie de l’univers; vous êtes fait de poussières d’étoiles. Lorsque vous regardez la personne que vous aimez, vous voyez qu’elle est aussi faite d’étoiles et qu’elle porte l’éternité en elle.

Développer une profonde appréciation pour la vie, pour votre vie et pour celle de la personne en face est un prérequis pour une relation harmonieuse. Autrement le risque de souffrir et de faire souffrir est bien réel.

Aimer sans savoir comment aimer blesse la personne que l’on aime. Pour savoir comment aimer, nous devons les comprendre. Pour les comprendre, nous devons les écouter.

Le plus vous comprenez une personne, le plus vous l’aimez; le plus vous l’aimez, le mieux vous la comprenez. Ce sont les deux faces d’une même réalité. L’esprit d’amour et l’esprit de la compréhension sont identiques.

Le moine vietnamien nous invite à d’abord nous connaître véritablement, et c’est là tout le but de la pratique de la pleine conscience. Car à travers la connaissance – plonger en soi – naissent l’appréciation et la compassion, et à partir de là, l’amour, qu’il soit romantique ou envers toute autre personne, peut s’épanouir.

amourcitation

Découvrez ce simple et efficace exercice de pleine conscience >>

Note: Version texte initialement publiée en avril 2015

Sources et références: Source: Maria Popova – Brainpickings ; Livre: How to Love, Thich Nhat Hanh, Ed. Parallax Press, collection Mindful Essentials, 96 pages ; Photographie illustration: RENAULT Philippe ; Photographie Thich Nhat Hanh: Paul Davis (plumvillage.org)

Catégories
Bouddhisme Comment Méditer Lecture Méditative Podcast

Surmonter les Obstacles à la Méditation avec Matthieu Ricard

« De même qu’il faut de la patience pour faire pousser une récolte – il ne sert à rien de tirer sur les plans pour les faire sortir plus vite! -, la constance est indispensable à la pratique de la méditation. » – Matthieu Ricard

Dans cet épisode de la rubrique Lecture méditative, découvrez un texte de Matthieu Ricard tiré de son livre L’Art de la Méditation.

Dans cette lecture, vous verrez comment surmonter la paresse, l’effort excessif, l’agitation ou encore la torpeur que l’on peut rencontrer lors de sa pratique.

Écouter Surmonter les Obstacles à la Méditation

Extrait sur le sujet de la torpeur

La torpeur nuit à la clarté d’esprit, et l’agitation à sa stabilité. La première peut aller d’une simple lourdeur d’esprit au sommeil, en passant par la léthargie, l’ennui, la rêverie éveillée ou tout autre état mental vague et nébuleux.

Ce manque de clarté constitue un obstacle d’autant plus important que l’on souhaite utiliser la concentration pour mieux appréhender la nature de l’esprit.

Pour contrecarrer cet état, il est conseillé d’adopter une posture plus droite et tonique, de regarder plutôt vers le haut, dans l’espace devant soi, et de porter moins de vêtements si l’on est trop couvert. Il faut aussi raviver son attention et mettre l’accent sur la pleine conscience du moment présent.

Si vous avez apprécié l’enseignement de Matthieu Ricard, vous aimerez cette vidéo où il définit en 6 minutes ce qu’est pour lui la méditation.

Voilà ici, un autre article traitant des 5 obstacles à une séance de méditation.

Pour retrouver tous les épisodes Lecture Méditative, c’est ici.

Matthieu Ricard: Il a étudié la génétique cellulaire avant de se tourner vers le bouddhisme. Ordonné moine en 1978, il a régulièrement accompagné le Dalai Lama lors de ses voyages en France. Matthieu Ricard est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant du bouddhisme, de l’altruisme et de la méditation.

Photo source: PeaceRevolution

Catégories
Bouddhisme Podcast

Siddharta Gautama, le Bouddha Historique

Découvrez dans cet épisode le parcours du personnage central du bouddhisme, le prince Siddharta Gautama.

Écouter Siddharta Gautama, le Bouddha Historique

Vous allez découvrir:

  • Pourquoi il a quitté son royaume pour entamer sa quête
  • Son parcours et sa recherche sur la source de toutes souffrances
  • Ses découvertes et son éveil

Réf. et recommandations: Sapiens de Yuval Hariri, Sur les Traces de Siddharta de Thich Nhat Hanh

Catégories
Bouddhisme Comment Méditer Persévérer Dans la Méditation Podcast

Les 3 Étapes de la Méditation

Lors d’une formation sur la méditation bouddhiste que je suis entrain de suivre, l’instructeur nous a parlé des 3 étapes de la méditation. En découvrant ces 3 étapes, vous comprenez mieux l’importance de la régularité des sessions de méditation.

Écouter les 3 étapes de la méditation

La première étape: La méditation se confronte à notre quotidien

Cette étape concerne le début de la pratique où méditer n’est pas naturel, où il faut trouver le temps de le faire, et se discipliner pour persévérer. La méditation emboite sur un quotidien déjà bien chargé et l’on se demande si l’investissement de temps et d’effort en vaut vraiment la peine.

Pandit Bhikkhu parle des 3 étapes de la méditation

La seconde étape: Le quotidien se confronte à la méditation

Si l’on persévère dans nos séances de méditation, il va arriver un moment où la pratique devient plus facile, plus naturelle, indispensable.
Durant cette étape, on prend conscience de la paix et du calme que l’on peut ressentir durant nos séances. Le contraste avec notre quotidien, nos responsabilités, nos stress devient alors plus flagrant. On aimerait pouvoir échapper à toutes ces contraintes pour vivre plus simplement et en accord avec ce que l’on a ressenti durant ces brefs moments de sérénité.
​​​​​​​

La troisième étape: Il n’y a plus de séparation entre la méditation et le quotidien

Avec la pratique, on élargit notre capacité à vivre au présent à tous les aspects de la vie. Le quotidien offre une succession d’expériences dans lesquelles on peut plonger pleinement.
L’état de présence que l’on ressent durant une séance de méditation n’est plus si différent de celui que l’on ressent durant les actes du quotidien.
Beaucoup de personnes débutant la méditation reste dans la première étape, car leur pratique n’est pas assez régulière, et méditer est vécu sans cesse comme une contrainte.
C’est pourquoi Pandit Bhikkhu note qu’une pratique quotidienne, même de quelques minutes seulement, constitue la fondation de ce cheminement.