Catégories
Bien-être Physique Hygiène de vie Interview Podcast Préparer le Corps

La Méthode Wim Hof – Avec Kevin Bodin

« Nous nous sommes coupés de la nature. Mais le froid est capable de nous reconnecter à ce que nous avons perdu. »

– Wim Hof

Connaissez-vous Wim Hof ?

Surnommé « the ice man » (l’homme de glace), Wim Hof est internationalement connu pour avoir battu plusieurs records du Guinness d’exposition au froid extrême et a développé dans les années 2000 une méthode de méditation et de maîtrise de la respiration.

Kevin Bodin pratique la méthode Wim Hof depuis deux ans maintenant, et il est en passe de devenir instructeur.

Dans cet entretien, il parle de :

  • Sa découverte de cette approche.
  • Son premier bain glacé.
  • Des bienfaits de cette méthode.
  • Des techniques de respiration.
  • De comment s’exposer graduellement au froid.

Après cet entretien, il y a des chances que vous ayez envie de vous frotter à la si redoutée douche froide !

Regarder La Méthode Wim Hof – Avec Kevin Bodin

Podcast La Méthode Wim Hof – Avec Kevin Bodin

Découvrir le Projet Octopus de Kevin Bodin

Catégories
Préparer le Corps

Écouter le corps fait du bien au mental

« Écouter le corps fait du bien au mental. »

Cela peut sembler étrange. Pourtant, revenir vers les sensations du corps est l’un des moyens le plus simple et efficace pour apaiser le mental.

Regarder Écouter le corps sur YouTube

Catégories
Posture de Yoga Préparer le Corps

Posture de Yoga : 3 Postures de Récupération

Préparez le corps à la méditation à travers ces 3 postures de yoga au sol

Les tensions musculaires et articulaires peuvent affecter la qualité d’une séance de méditation. Si vous vous installez pour méditer et vous sentez que vous n’êtes pas bien dans votre corps, vous risquez d’interrompre prématurément votre séance.

Voilà 3 postures de yoga dites de récupération, car elles permettent de détendre le corps et de le régénérer. Quelques minutes dans chacune de ces postures  vont permettre un relâchement de la musculature et une ouverture de la respiration.

1. Sur le dos, jambes tendues

posture de yoga, avec support

Sur un tapis de yoga, allongez-vous sur le dos. Mettez un support sous la tête de sorte à garder la tête alignée avec le corps. Mettez également un coussin sous les genoux. Cela permettra de garder le bas du dos relâché. Vous pouvez avoir les bras le long du corps ou ouvert à 90°. Dans cette position, prenez de belles respirations conscientes. Restez ainsi de 3 à 20 minutes selon votre ressenti.

2. Sur le dos, jambes croisées

posture de yoga, avec support

Pour cette posture de yoga vous allez avoir besoin de plusieurs coussins et de quelques couvertures. Roulez une petite couverture ou utilisez un traversin que vous allez mettre sous le dos. Cela doit supporter toute votre colonne, mais pas vos fesses qui restent posées au sol. Mettez un coussin en plus sous la tête pour éviter d’avoir la nuque en arrière. Croisez les jambes (les pieds peuvent se croiser également ou bien amener le plante des pieds ensemble comme sur la photo). Sous les genoux, mettez un support (coussins, blocs de yoga ou couvertures pliées).

Cette position est très confortable. Je la recommande souvent aux femmes enceintes pour soulager leur mal de dos.

Bien respirer dans le bassin. Les paumes de la main sont tournées vers le plafond ce qui favorise l’expansion de la cage thoracique avec chaque respiration. Comme pour l’exercice précédent, maintenir la position au moins 3 minutes et jusqu’à 20 minutes.

Lire aussi: Pourquoi s’étirer avant de méditer?

3. Posture du fœtus avec support

posture de yoga, avec support

Utilisez un traversin ou une couverture pliée que vous allez poser devant vous. Écartez les genoux, mais gardez les pieds en contact. Comme sur la photo, venez poser votre buste sur le support, et relâchez les bras devant. Maintenir cette position 3 à 5 minutes. Si vous ressentez une douleur dans les genoux, diminuez la durée de cette posture de yoga.

Vous pouvez pratiquer ces postures de yoga à la suite ou séparément. Elles vous permettront de bien préparer votre séance de méditation.

Source et notes: photos de Kim Shetter. Cet article a été initialement publié en août 2012 et mis à jour en mai 2015.

Un article qui peut également vous intéresser: Comment votre posture transforme votre vitalité

Catégories
Interview Podcast Préparer le Corps

Comment Bien Manger Pour Se Sentir Bien? Entretien avec Jérémy Anso

L’alimentation affecte notre santé physique et mentale. Apprendre à manger d’une manière équilibrée va jouer sur notre niveau de vitalité, sur notre capacité de concentration et par extension sur la qualité de nos méditations.

J’ai invité Jérémy Anso pour qu’il partage avec nous les bases d’une bonne alimentation. Il est l’auteur du blog Dur à Avaler qui en moins de 3 ans est devenu l’un des sites de référence sur la nutrition dans le monde francophone. Chaque mois, plus de 120 000 personnes visitent Dur à Avaler pour y découvrir les clefs pour une alimentation saine.

Comment bien manger?

Dans cet entretien Jérémy :

  • donne les bases d’une bonne alimentation
  • partage des conseils simples et facilement applicables
  • explique comment gérer la faim lorsque l’on essaie de manger moins ou différemment

Il nous parle aussi du jeune intermittent :

  • Qu’est-ce que le jeune intermittent
  • Quels sont ses bienfaits?
  • Comment le mettre en place?

jeremy-anso

Jérémy nous dit aussi à quoi doit ressembler votre assiette (ratio légumes / autres aliments).

Notes

Blog de Jérémy Anso: Dur à avaler

Articles concernant le jeûne intermittent

Photographie illustration article: Arman Zhenikeyev.

Catégories
Bien-être Physique Gérer le stress Préparer le Corps

Douleur au Dos: le Rôle du Stress

Comprendre l’origine du mal de dos pour mieux le gérer

8 Français sur 10 ont ou auront mal au dos, et près de 4 personnes sur 10 en ont souffert au cours des 12 derniers mois. Lumbagos, sciatiques, torticolis… selon les individus, les douleurs se logent à différents endroits. Si les causes sont nombreuses, elles remontent souvent bien au-delà d’un problème physique. Et si le mal de dos était un appel au changement ?

Principal facteur d’invalidité chez les moins de 45 ans, le mal de dos est aussi la première cause de consultation dans les centres antidouleur(1). L’origine de ce mal, qui touche, chaque année, une part croissante de la population, apparaît comme étant multifactoriels. En effet, il semblerait qu’en plus d’une faiblesse physique, d’un mauvais geste, d’une chute ou encore de la fatigue ce soit notre attitude mentale qui nous prédispose à ce mal universel. Or, aujourd’hui encore, le premier réflexe est de s’attacher à la douleur sans se préoccuper du cadre et du mode de vie. Cette solution s’avère non seulement inefficace, mais elle prive l’individu de l’opportunité d’évoluer.

Douleur au dos, faut-il bâillonner le symptôme ?

Lorsqu’une personne consulte pour une lombalgie, un traitement médicamenteux est généralement proposé. Des antalgiques (paracétamol, codéine…) en passant par la famille des anti-inflammatoires (ibuprofène, corticostéroïdes…), en allant même jusqu’aux antidépresseurs, les médicaments sont souvent prescrits en fonction de la sévérité et de la chronicité des douleurs. Le soulagement temporaire et les risques d’effets secondaires associés à ces produits(2) soulignent leurs limites.

Lorsque le mal persiste, le patient peut alors se voir recommander une intervention chirurgicale. Là encore, les bénéfices de cette démarche semblent parfois insuffisants. D’après une étude portant sur les effets, les modalités et les coûts d’une telle prise en charge(3), les chercheurs ont conclu que la chirurgie nécessitait une lourde mobilisation du système de soins, sans pour autant éviter des répercussions importantes sur la qualité de vie et le devenir socioprofessionnel des patients.

La limite de ces approches est compréhensible. La prise de médicaments et l’opération impliquent une complète passivité d’un individu traité. Or, c’est justement dans les actions quotidiennes de ce même individu que se trouve l’origine de son mal. S’il voit la douleur disparaître, retourne à son domicile en percevant la vie de la même façon et en continuant à faire les mêmes choix, il apparaît évident qu’il va s’exposer à une autre manifestation du corps, souvent plus sévère que la première. On comprend alors que supprimer la douleur sans en comprendre l’origine n’est pas une solution efficace sur le long terme. Mais pourquoi a-t-on mal au dos ?

Stress et lombalgie

Les maux ostéo-articulaires reflètent souvent une tension face à ce que l’on vit. Une activité physique difficile, une position assise toute la journée, une chute de ski ou un accident de voiture représentent des contraintes physiques auxquelles le corps doit faire face. Il est évident que ces dernières, lorsqu’elles se répètent ou sont d’une haute intensité, risquent d’affecter le dos en causant tensions et douleurs.

Cependant, John Sarno, professeur en médecine de réhabilitation à l’université de New York, et auteur de Say Goodbye to Back Pain (Ed. Warner Books), note que la cause  physique semblerait être la goutte qui fait déborder le vase. Selon lui, le mal de dos est initié par un stress émotionnel comme, par exemple, le sentiment chez un individu de la perte de contrôle dans un domaine de sa vie. Le docteur Christopher Kent, chercheur et chiropraticien, en arrive à la même observation à la suite d’une synthèse de plusieurs études(4, 5) :

Les facteurs psychologiques et sociologiques, particulièrement la satisfaction au travail et la perception de contrôle sur notre vie, sont les meilleurs indicateurs du risque de développer un mal au dos.

Selon le docteur Kent, il y aurait une plus forte corrélation entre une lombalgie et un stress au travail, qu’entre un mal de dos et une hernie discale identifiée par un IRM. En d’autres termes, vous avez plus de chance de développer une douleur au dos si votre patron vous réprimande abusivement que si vous avez un disque usé !

Claudine Corti, chiropraticienne et écrivain, ajoute que la zone de douleur est souvent en relation avec le type de stress (voir notre interview). Par exemple, le sentiment d’être bloqué dans une situation risque de créer des tensions dans le haut du dos, alors qu’une lombalgie peut apparaître chez un individu qui voit son quotidien chamboulé par un imprévu.

Un mal aux origines diverses

C’est donc une combinaison de nos accidents passés et de notre mode de vie actuel, associé à notre aptitude à faire face au stress, qui va déterminer la sévérité et la durée d’un mal de dos. Il devient évident que se concentrer sur la douleur, sans s’occuper du cadre de vie, est voué à l’échec. La lombalgie reflète la dynamique dans laquelle un individu peut se trouver. Une crise amène souvent la personne à ralentir, et, dans ce sens, elle a son utilité. L’attitude la plus sage serait alors de réfléchir à son quotidien et faire certains changements appropriés. Cela va néanmoins à l’encontre de notre culture, où la gratification immédiate prime sur tout. « Enlevez-moi vite cette douleur pour que je puisse reprendre mes activités ! » Celles-là mêmes qui sont à l’origine du mal…

Il existe pourtant une autre solution. Celle de réapprendre à s’écouter et installer de nouvelles habitudes qui vont dans le sens d’une bonne santé. Évidemment, cela nécessite du temps et une réelle volonté de reprendre en main son bien-être.

La méditation aide à mieux gérer son mal de dos

Pratiquer la méditation réduirait la souffrance et la colère associés au mal de dos. C’est la conclusion de deux études scientifiques effectuées sur les effets de la méditation sur les douleurs au dos chroniques.

La première publiée dans le journal Pain (6) et conduites par les docteurs Natalia Morone, Carol Greco et Debra Weiner, montrent que méditer en moyenne 4,3 jours par semaine, améliorait la tolérance à la douleur, et rendait les personnes plus fonctionnelles (elles sont moins gênées dans leurs activités). Cette étude s’est concentré sur 37 personnes âgées souffrant d’un mal de dos chronique.

L’autre étude (7) conduite par l’équipe du Professeur James W. Carson sur 43 participants souffrance de douleurs au dos chroniques, a révélé que la pratique de la méditation diminuait le degré de douleur perçue et l’irritabilité associée à la douleur.

Je vous recommande maintenant de faire ce simple exercice.

Notes et sources

(1) Source : www.doctissimo.com ; (2) Rien que pour le paracétamol, 5 335 intoxications hépatiques ont eu lieu en 1990, soit 3 boîtes vendues sur 100 qui conduisent à une hospitalisation. Source : www.doctissimo.com ; Antidouleurs : gare à la surconsommation ! Article issu d’un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS). ; (3) Rev Med, Assurance Maladie, 2004. ; (4) Horng Y-S, Hwang Y-H, Wu H-C, et al : Prediction Health-Related quality of life in patients with low back pain. Spine, 2005. ; Award-winning study finds main predictors of serious back pain to be psychosocial. Back Letter. 2005. ; Hadler NM : Edotorial : The Semiotics of back pain. Spine, 2004. ; (5) Conférence Audio. ; On Purpose, August 2005, piste 8. www.subluxation.com ; (6) Mindfulness meditation for the treatment of chronic low back pain in older adults: A randomized controlled pilot study, Morone, MD, Greco, MD, Weiner, MD. Pain, Feb 2008; 134(3) ; (7) Loving-Kindness Meditation for Chronic Low back Pain, James W. Carson, Ph.D., Journal of Holistic Nursing, VOl. 23 No. 3, 2005.

Catégories
Interview Posture de Yoga Préparer le Corps

Yoga Iyengar : Entretien Christian Pisano

« Être installé dans ce que l’on est »

Le Yoga Iyengar est enseigné à travers le monde. BKS Iyengar, maître Indien, a transmis une approche précise du yoga qui peut intimider par sa rigueur ou au contraire plaire par sa précision. Cette approche traditionnelle du yoga intègre les postures physiques à un travail global de transformation personnelle.

Pour le magazine Vitalité et bien-être, dont j’étais responsable de rédaction, j’ai eu la chance de rencontrer Christian Pisano, enseignant de la méthode Iyengar depuis plus de 25 ans. Initié au Yoga dans les années 80, il a ouvert une école à Nice, dans le sud de la France. Voilà l’entretien (publié initialement en 2005) dans son intégralité.

J’ai rendez-vous avec Christian Pisano ce vendredi après-midi. Quelques jours auparavant je l’avais contacté pour qu’il partage son point de vue sur la posture pour un dossier sur lequel je travaillais. Sans hésiter, Christian m’a proposé de passer à son institut de Yoga. Arrivé sur place, le parfum de l’encens et l’atmosphère des lieux m’amènent presque immédiatement à ressentir un sentiment d’apaisement. Mon hôte m’accueille avec un sourire et des yeux brillants ce qui me met encore plus à l’aise. Christian m’invite dans la salle de séjour et tandis que je m’installe sur un coussin posé sur le sol, il disparaît pour revenir quelques instants après avec du thé relevé à la cannelle et une assiette de belles dates. Il s’installe en face de moi, l’entretien peut commencer.

Comment avez-vous découvert le Yoga ?

Ce qui m’a amené au Yoga était une démarche de recherche personnelle, plutôt que l’aspect exercice physique. Cette démarche est née d’un sentiment d’insatisfaction, d’une sensation de manque. À l’âge de 16 ans, je découvre «Lumières sur le Yoga»* un livre illustré de photos, édité dans les années 60. Je fus tout de suite frappé par la beauté et la puissance des postures. C’est à 23 ans que je décide d’aller en Inde pour m’initier à cet art.

Vous avez donc fait votre formation en Inde ?

La notion de formation n’est pas la même en Inde qu’en Europe. Apprendre le Yoga c’est être en contact avec son maître. J’ai passé 4 ans à pratiquer auprès de BKS Iyengar. Depuis j’y retourne tous les ans, 1 à 2 mois.

Comment s’est passé le retour en France ?

Difficile ! En Inde j’ai évolué dans un cocon. Il faut donc se réhabituer aux exigences du quotidien. Le Yoga c’est aussi cela, nous permettre de vivre pleinement les événements qu’ils soient agréables ou pas.

Vous avez ouvert votre première école sur Nice. Comment ont été accueillis les courts?

Je suis originaire de la région. J’ai donc décidé de m’installer sur Nice. Le Yoga n’est pas encore bien connu du public français. Il est parfois perçu comme faisant partie du mouvement bien-être, ou bien il est associé à une forme de sectarisme. Dans les pays anglo-saxons, la pratique du Yoga est beaucoup plus répandue.

 En quoi consiste le Yoga?

Se concentrer sur la posture amène la personne à aller en profondeur, à revenir dans son corps. Habituellement on pense le corps. À travers le Yoga, on passe de la pensée au ressenti. Cela commence par la mobilité articulaire et respiratoire. On ressent ce que l’on n’est pas. L’élève peut alors avoir l’intuition d’un arrière-plan beaucoup plus large. La pratique est évolutive. Le pratiquant de Yoga apprend d’abord à bouger les grands groupes musculaires pour ensuite raffiner le mouvement.

Quel est le sens de la posture dans le Yoga ?

En Yoga, il existe les postures corporelles, mais également une compréhension plus symbolique de la posture. Le terme qui est utilisé est ASANAS qui propose différents sens : État de tranquillité, l’assise, être installé dans ce que l’on est, ou encore nature profonde. Les postures du corps sont une invitation à découvrir l’ASANAS.

Pouvez-nous parler un peu plus de la posture ?

La première posture que l’élève découvre est le TADASANA SAMSTITI qui veut dire « être droit dans l’égalité ». La personne se tient debout les pieds joints et le dos droit. C’est à partir de cette position que toutes les autres postures découlent.

Quels sont les bénéfices de pratiquer le Yoga ?

Si cela est commun que les personnes qui font du Yoga notent ressentir plus d’énergie, de concentration et de vitalité, cette pratique n’a pas pour autant comme objectif de nous rendre plus performant. On ne se sert pas d’un art, on est au service de l’art.

Merci Christian.

Bio

dscf2151Christian Pisano enseigne le Yoga depuis 20 ans. C’est à l’age de 23 ans qu’il débute son enseignement auprès de son maître Iyengar en Inde. Il y passera 4 ans. De retour en France il ouvre son école qui s’adresse à tous, et qui forme également des enseignants en Yoga Iyengar. Pour parfaire son art, Christian passe chaque année 1 à 2mois en Inde.

Ressources

Site de Christian Pisano : http://www.anuttara.com/

*Lumière sur le Yoga, B.K.S. Iyengar Buchet. Editions Chastel, 1997.

Photos de Christoph Kardek.

Catégories
Préparer le Corps

Douleur Plexus Solaire

3 exercices pour relâcher le plexus solaire

Merci à la question d’un lecteur du blog, j’ai fait cette vidéo pour partager avec vous comment gérer la douleur au niveau du plexus solaire. Lorsque l’on médite, on prend conscience des tensions et douleurs présentes dans le corps. Le plexus solaire qui se trouve dans la partie basse du sternum est une zone particulière, car lorsqu’elle devient douloureuse, cela s’accompagne souvent d’émotions désagréables : sentiment d’anxiété, de tristesse, d’étouffement, etc.

Dans cette vidéo vous allez découvrir pourquoi le plexus solaire peut devenir douloureux, et 3 exercices pour relâcher cette zone. 

Enrichissez la vidéo à travers votre expérience en répondant à ces questions dans la zone commentaire : Ressentez-vous parfois des douleurs au niveau du plexus solaire ? Quelle émotion s’y rattache le plus ?

Catégories
Podcast Préparer le Corps

Pourquoi ‘se reposer’ ne marche pas ?

‘se reposer’ et ‘se ressourcer’, deux actes différents

Vous êtes nombreux à m’écrire à propos de la difficulté à vous détendre. Le mental semble toujours actif, et vous n’arrivez pas à vous distancier de votre dialogue interne. Dans ce cas, il est important de se ressourcer, corps et esprit, avant même de pouvoir apaiser le flot des pensées. Et, comme nous allons le découvrir, se ressourcer ne veut pas dire se reposer, cela serait même le contraire.

Élise revient chez elle

Élise revient chez elle après une longue journée de travail. Ce matin, elle était arrivée en retard à la pharmacie, car elle avait eu un grand mal à trouver une place de parking. Exaspérée, elle avait serré tellement fort le volant de sa voiture qu’elle s’était fait mal au cou. Toute la matinée, elle a dû servir les clients avec un cou raide et douloureux. Les 45 minutes pour déjeuner et une salade aussi fade que la couleur de ses tomates ne lui ont pas vraiment permis de se détendre.

L’après-midi fut stressante. Mais rien de nouveau là, car la politique de la pharmacie était de donner une commission aux pharmaciens selon les ventes qu’ils faisaient. Élise n’aimait pas l’ambiance que cela créait entre elle et ses collègues. Cela faisait 6 mois qu’elle avait débuté dans cette pharmacie, et elle ne s’y sentait toujours pas à l’aise.

En ouvrant la porte de chez elle, elle lâcha un court soupir. Enfin à la maison. Elle n’avait qu’une envie : Se mettre en survêt, et se poser devant la télé. Elle était fatiguée physiquement et mentalement, et elle avait besoin de souffler.

Stressé et fatigué, faut-il se reposer ?

Nous sommes nombreux à devoir, comme Élise, gérer un quotidien source de stress et de tension. En fin de journée, le corps semble saturé et vidé de son énergie. Le besoin de « se reposer » se fait alors fortement ressentir. Mais voilà, se poser devant la télé va au mieux nous maintenir dans notre état de fatigue, et plus probablement, accentuer la sensation d’être bas en énergie.

Se reposer ne permet pas de se ressourcer. On déplace juste notre corps d’un cadre stimulant et stressant, à un cadre plus calme. Mais cela ne va pas nous aider à nous détendre et à nous régénérer. En effet, le corps qui a souffert toute la journée de ne pas suffisamment bouger et respirer, a justement besoin de faire cela. Et ce n’est pas assis sur le canapé qu’il pourra le faire.

 Tapis de sport dans le placard

Élise a dans sa bibliothèque des DVD de yoga, et elle a un tapis de sport dans son armoire, mais elle se sent trop lasse pour faire des exercices. Pourtant, passer 20 minutes à s’étirer et à respirer lui ferait beaucoup plus de bien que les 2-3 heures qu’elle va passer assise devant son écran.

En effet, le corps a besoin de bouger et de respirer pour se ressourcer et se détendre. Lorsque le corps commence à se relâcher, l’esprit suit et on peut alors enfin se relaxer.

Voilà une méthode aussi simple qu’efficace pour ressourcer le corps.

S’allonger à même le sol

Il vous suffit d’un tapis et de 10 à 15 minutes de votre temps. Lorsque vous rentrez du travail ou avant de vous coucher, allongez-vous par terre sur votre tapis. Allongé sur le dos, faites les mouvements que vous voulez : Agrandissez-vous, attrapez vos genoux, levez le bassin (voir affiche exo ci-dessous), ou même simplement rester allongé sans bouger. Et respirez ! Sentez le mouvement de l’abdomen et de la poitrine lorsque vous respirez. Ressentez vos appuis sur le sol au niveau du dos et du bassin. Vous pouvez également utiliser des supports tels des coussins et des couvertures (voir Posture de Yoga de récupération) pour être plus confortable.

Le fait de vous allonger sur une surface ferme et d’approfondir votre respiration va permettre à la colonne vertébrale de se relâcher. Étant assis une grande partie de la journée, la colonne se tasse, et l’expansion de la cage thoracique se réduit diminuant l’apport d’oxygène. Ce simple exercice permet de détendre les muscles du dos et de mieux oxygéner notre organisme. Cela à son tour va améliorer la qualité du sommeil et nous permettre de mieux récupérer.

Note : Découvrez également la respiration carrée pour efficacement vous détendre.

Faites-le !

Le plus dur dans cet exercice c’est de décider de le faire. Après, ce n’est que du plaisir. Pouvoir s’étirer, ressentir son corps, et respirer font tellement de bien qu’au bout d’une minute vous serez ravie d’avoir pris le temps de le faire.

Et si vous pensez être trop fatigué pour le faire, c’est qu’il est urgent pour vous de le faire ! « Se reposer » ne marche pas. Avez-vous remarqué comment après une journée à ne rien faire on se sent encore plus fatigué, même parfois déprimé.

Le corps a besoin de bouger et de respirer pour faire circuler l’énergie en lui, faites-lui plaisir et prenez ces quelques minutes par jour pour vous ressourcez. Détendre le corps est le moyen le plus rapide de détendre l’esprit.

 Élise a fini par le comprendre

Élise a fini par le comprendre. À force d’être malheureuse dans son travail, elle a développé un mal de cou chronique. Cela l’a amené à suivre des soins de chiropratique et à faire des exercices à la maison. Elle a graduellement repris du poil de la bête. Elle a fini par décider de quitter son travail. Un choix judicieux, car quelques semaines plus tard, elle a trouvé un poste dans une petite pharmacie tenue par une famille où l’ambiance de travail était très agréable. Elle continue à apprécier ses soirées télé, mais avant de se poser sur le canapé, elle fait ses 10 à 15 minutes d’exercices, une routine dont elle ne veut plus se passer.

Quelques idées de mouvements que vous pouvez faire une fois allongé sur le dos.

se ressourcer

Catégories
Posture de Yoga Préparer le Corps

Pourquoi Faut-Il S’étirer Pour Pouvoir Mieux Méditer ?

Plusieurs personnes m’ont posé cette question. Ils ne voyaient pas la relation entre l’exercice du corps et la pratique de la méditation. Comment en effet le fait de mettre du mouvement dans les articulations et les muscles du corps peut nous aider à calmer le mental.

Bouger le corps dans sa pleine amplitude offre plusieurs bienfaits

Tout d’abords il nous aide à maintenir confortablement une posture immmobile. Si l’on est tendu musculairement, il devient difficile de rester immobile plus que quelques minutes à la fois. La souplesse des tissus du corps va nous permettre  de nous installer plus confortablement et plus durablement dans la position de notre choix.

Ensuite, les étirements et le yoga (asana) en particulier vont améliorer notre aptitude à la pleine conscience. En effet, les personnes qui font du yoga ont plus de facilité à s’installer dans le moment présent. De plus, le yoga semble diminuer la fragilité au stress ce qui va également nous aider dans notre pratique de la méditation.

Une étude a voulu évaluer de plus prés les bienfaits spécifiques au yoga. Car en effet, la plupart des exercices physiques offrent des bénéfices au niveau physique et mental. En quoi étirer le corps avec conscience est différent des autres exercices physiques ?

Etude sur les bienfaits du yoga

L’étude a observé un groupe de personnes âgées de 18 à 65 ans participant à des cours de yoga ou suivant des cours de fitness. Les facteurs observés étaient l’état de santé général, le bien-être psychologique, la dépression, l’anxiété, la perception de stress, et la pleine conscience. Les résultats de l’étude ont révélé que les élèves de yoga et ceux du fitness avaient les mêmes bienfaits au niveau de la perception d’anxiété et de dépression. Par contre, les personnes pratiquant le yoga présentaient moins de douleurs articulaires et de maux de tête que ceux pratiquant les exercices de musculation et d’endurance. De plus, les élèves de yoga présentaient également de meilleurs résultats en terme de pleine conscience.

Étirer son corps avec conscience va nous aider à maintenir une position immobile pour méditer et cela va entraîner notre pleine conscience.

Le yoga étant en pleine expansion à travers le monde, vous devriez trouvez sans trop de mal un studio de yoga près de chez vous.

Catégories
Comment Méditer Podcast Préparer le Corps Préparer le Mental

Relaxation Guidée (Audio)

Dans cette relaxation guidée je vous accompagne vers une détente du corps et de l’esprit. Cela dure environ 10 minutes.

 Quelques directions avant de commencer la relaxation guidée :

  • L’exercice se fait allongé sur le dos. Préférez un tapis de yoga au sol plutôt que le lit.
  • Mettez une couverture sur vous ou gardez la à porter de main pour éviter d’être gêné par le froid.
  • Si vous êtes fragile du bas du dos, vous pouvez mettre un coussin sous vos cuisses.
  • Vous pouvez également mettre un support sous la tête si vous n’êtes pas confortable au niveau de la nuque.

Observation : La partie respiration guidée (1, 2, 3…) deviendra plus facile avec la pratique. Essayez de faire cette relaxation guidée 2 à 3 fois par semaine.

Musique: Illumination of the Heart de C. G. Deuter