Catégories
Comment Méditer Persévérer Dans la Méditation

Comment Allier Persévérance et Lâcher Prise

Installer une pratique régulière de la méditation

Dans cet article j’aimerais aborder le délicat thème de la persévérance dans la pratique de la méditation. ‘Délicat’ car il s’agit de persévérer sans se crisper ou ressentir de la frustration, sans vouloir à tout point réussir. Car la méditation nécessite un lâcher prise ce qui n’est pas compatible avec un mental plein de désir de réussite. Comment alors faire preuve de régularité et de discipline si l’on ne désire pas fortement un résultat ? Comment maintenir le subtil équilibre entre volonté et détachement ? Découvrons ensemble la ‘persévérance sereine’.

 Lorsque la discipline risque de nuire à la quête

Les maîtres traditionnels de l’Orient ainsi que les enseignants occidentaux de la pleine conscience nous le répètent sans cesse. Mieux vaut une pratique régulière que sporadiquement en faire beaucoup. Méditer tous les jours, ne serait-ce que 15 minutes par jour, peut grandement améliorer la qualité de notre vie. Mais pour cela, encore faut il installer cette habitude. Et vu qu’il faut souvent plusieurs semaines avant de ressentir les bienfaits de la méditation, la motivation pour continuer à pratiquer quotidiennement risque de s’affaiblir. Faut-il alors se forcer ? Faut-il faire appel à la volonté et la discipline pour arriver à installer une pratique régulière ? Cela ne semble pas être la solution.

Les désirs sources de souffrance (frustration, découragement, impatience)

Dans le bouddhisme la souffrance est liée aux désirs. Le but de la méditation est de se détacher de ces désirs en vivant dans le présent. En effet, les désirs reflètent toujours l’attente d’un futur meilleur (ou moins douloureux) et le présent devient un endroit à fuir ou au mieux une zone de transit. Cette différence entre « ce qui est » et « ce qu’on désire » va créer une tension en soi qui va finir par se traduire par une souffrance physique, mentale et/ou émotionnelle. C’est pourquoi selon le bouddhisme vivre dans le présent et absence de désir sont intiment liés.

Se libérer de l’attente du fruit de ses actions

La notion ‘d’action détachée d’attente’ n’est pas seulement présente dans le bouddhisme. On la trouve également dans l’enseignement de traditions tels le soufisme, l’hindouisme ou le chamanisme.

C’est par l’offrande des œuvres, ô ami, que tu affines ta sincérité. Ce ne sont pas les œuvres qui te mènent à la Vérité, mais ce sont elles qui te disposent à La recevoir.

Faouzi Skali (Soufi), Traces de Lumière

Les sages disent d’une personne qu’elle est sage lorsque tout ce qu’elle entreprend est libéré de l’attente du fruit de ses actions.

La Bhagavad-Gītā

Le chaman-guerrier agit sans rien attendre en retour. Il vit en agissant, non en pensant à agir et encore moins en pensant à ce qu’il pensera lorsqu’il aura fini d’agir.

Carlos Castaneda

Il s’agit donc d’agir sans désirer de résultat tout en créant en soi l’espace pour recevoir un don. C’est là où la notion de spiritualité prend place dans la pratique de la méditation. Car ce ‘don’ comme le terme l’implique nous est donné. Ce n’est pas quelque chose que l’on va chercher à la force de sa volonté. On se rend juste disponible à le recevoir.

C’est magique …

Et si l’on n’aime pas la notion de spiritualité on peut remplacer ce terme par celui de magie (mon petit neveu de 4 ans adore ce mot !) La magie implique un résultat inattendu. Et dans ce sens la méditation a quelque chose de magique en elle. A l’opposé du désir qui cherche à reproduire une expérience passée (on ne peut pas désirer une expérience que l’on n’a jamais faite), l’action détachée de toute attente permet de vivre le présent en toute authenticité et d’accueillir ce qui surgit en soi : ce qui peu être un ressenti inédit.

Comment alors persévérer dans la méditation sans « désirer » réussir ?

Les enseignements traditionnels nous ont donc expliqué que faire appel uniquement à sa volonté n’est pas la voie à suivre. Il existe une force plus profonde et plus efficace: notre intuition. Ressentir que la méditation peut nous faire du bien peut nous porter vers une pratique régulière. On peut pleinement s’impliquer dans sa pratique mais tout en le faisant avec légèreté et sans se mettre la pression. Pour cela il est utile de se reconnecter à son intuition, de prendre une minute pour retrouver en soi l’impulsion initiale. Cette impulsion qui nous dit que ‘revenir vers soi à travers une plus grande attention au présent’ est une bonne idée. Faire cela quotidiennement nous permettra d’agir avec une persévérance sereine.

C’est vrai que cela demande un certain acte de foi. Après tout, on ne sait pas si nos efforts vont porter leurs fruits. Mais, et c’est là mon opinion personnelle, j’ai le sentiment qu’un effort sincère est toujours récompensé… même si la récompense ne vient pas toujours au moment où on l’espère ou dans la forme qu’on l’attend…

Photo de Neumann & Rodtmann

Par Moutassem

Bonjour et bienvenue! J’anime ce blog pour vous donner l’envie et les outils pour explorer le fascinant monde de la méditation. Je vous invite, dès maintenant, à suivre avec moi une méditation guidée qui vous plongera dans le moment présent >>

15 réponses sur « Comment Allier Persévérance et Lâcher Prise »

Bonjour je suis nouvelle sur le site! je trouve que la plupart des articles sont très intéressants, et celui ci en particulier, mais il est à la fois frustrant à vrai dire! je donne mon exemple, qui est certainement valable pour beaucoup d’entre nous, je viens tout juste de m’intéresser à la méditation, j’ai lu ces origines,ces bienfaits notamment « Le livre tibétains de la vie et la mort » de Sogyal Rinpoche. Et je suis tout de même prise d’un certain désir de faire cette pratique, car j’ai envie de mieux me connaitre, de connaitre mon corps, de me sentir mieux tout simplement! Je n’ai pour l’instant pratiquer que deux fois la méditation, c’est à dire hier et aujourd’hui =)! et je compte continuer bien sur, même si pour l’instant je trouve cela particulièrement difficile!

Ps: le moyen de communiquer est seulement par commentaire visible de tous?

Merci! et bonne continuation

Bonjour Marie et bienvenue sur ce blog ! Je suis heureux que vous appréciez les articles. Oui, pour reprendre votre observation c’est vrai que ce sont souvent les désirs (« mieux se connaître, connaître son corps, se sentir mieux ») qui nous poussent à méditer. Mais une fois dans l’expérience de la méditation les désirs ne sont plus nécessaires.
C’est comme une personne qui s’apprête à s’engager sur un grand toboggan d’eau. Il y a le désir du plaisir de la descente, une anticipation à y aller. Et c’est ça qui va faire que la personne va s’asseoir sur le bord du toboggan pour ensuite s’élancer dans la descente. Mais une fois partie, c’est l’expérience qui domine. Elle ne réfléchit plus au plaisir qu’elle va avoir, elle le vit !

Bonne continuation dans votre pratique ! Pour la plupart des gens qui débutent il faut plusieurs semaines pour asseoir une pratique régulière. J’espère que ce blog vous soutiendra dans cette exploration.
Pour répondre à votre dernière question : Vous pouvez également utiliser la page contact pour envoyer un message.
Une excellente journée et à bientôt sur le net.
Moutassem

Bonjour Moutassem,
je voulais me mettre à la méditation transcendantale mais quand j’ai vu que je devais payer 1000 euros voire plus sur le site officiel, hé bien, je suis partie en courant!
As-tu une idée de ça? Pourquoi est-ce payant? Pourquoi si cher?
Merci pour ton site!
Laurence.

Bonsoir Laurence,

Je ne sais pas ce qu’il propose pour ce tarif… logement ? repas ? durée ?
Mais c’est vrai que cela paraît excessif.

Il existe dans la plupart des villes des groupes de méditation qu’on peut rejoindre pour une petite participation financière.

Tu peux également commencer chez toi… tu trouveras sur ce blog quelques directions pour commencer à méditer.

Merci pour ton intérêt
Au plaisir de te lire
Moutassem

Bonsoir,

Je commence la pratique de la méditation, grâce au livre et cd de fabrice Midal et j’ai une petite question. J’ai du mal à méditer longtemps notamment car j’ai mal au dos. Je me demandais s’il pouvait être possible de faire plusieurs séances dans la même journée (2X 10 min par exemple…)?
Merci

Bonjour Lucie,
Oui il est possible faire des séances plus courtes. Mais, surtout je vous recommande, si vous ne le faites pas déjà, d’explorer le yoga qui souvent offre une aide précieuse pour le mal de dos.

Bonjour, je rebondis sur votre dernier commentaire. Je souffre de maux de dos depuis 4 ans. On m’a dit qu’il existait différents types de Yoga. Lequel serait d’après vous le plus efficace ? J’aimerais aussi y ammener ma fille de 10 ans qui souffre du dos aussi (déjà!)

Bonjour Sophie, le yoga que je connais le mieux (celui que je pratique) est le yoga Iyengar. Les enseignants ont une très bonne connaissance de l’anatomie et des dynamiques posturales. C’est donc un yoga indiqué pour les maux de dos.
A noter également qu’une évaluation chez un chiropraticien ou un ostéopathe peut aider à déceler des déséquilibres structuraux surtout chez les enfants. En espérant que cela vous soit utile.

bonsoir Moutassem,
merci pour cet article, je pense qu’il va beaucoup m’aider dans ma pratique de la méditation que je viens de débuter…juste une question…est-il nécessaire d’avoir une musique d’accompagnement pour aider à la méditation ? et auriez vous une suggestion ?
Je vous remercie pour le site en général et cet article en particulier
Bonne continuation et excellente année 2014
Martine

Bonjour Martine,
Merci pour votre commentaire. La musique peut aider à se détendre mais elle n’est pas nécessaire. Vous pouvez alterner des séances libres (sans musique, sans être guidée) avec des séance de méditation guidée avec fond musical. Une musique douce est recommandée, par exemple Deuter.
Je vous souhaite également une très belle année 2014!

Bonsoir et très bonne année a vous Moutassem,
merci pour cet article, je suis entierement d’accord avec vous sur le fait que l’on doit pratiquer la méditation sans en attendre trop et très rapidement, je trouve même que l’on en ressent encore plus les bienfaits et la satisfaction quand on en attend rien mais que l’on sait juste que c’est bon pour nous.

J’ai pour habitude de méditer le soir avant d’aller me coucher, mais on m’as dit qu’il vallais mieu choisir un autre moment pour ne pas que le mental associe la méditation avec le sommeil, pouvez vous me dire ce que vous en pensez ? Merci d’avance et bonne soirée
Alban

C’est un très beau titre que vous avez là, « allier persévérance et lâcher prise »…

Bel article, que j’aimerais compléter avec ce secret d’une bonne méditation:
« Il faut travailler avec la douceur, la paix, l’amour… laisser errer sa pensée, la dominer progressivement, et surtout ne pas forcer. »

Et si vous désirez un autre point de vue sur la méditation tout en douceur, visitez les avantages de la méditation

Juste pour dire à quel point j’aime ce blog et tes articles. une mine d’informations ! je remercie chaque jour la Vie de m’y avoir conduite :-)

Les commentaires sont fermés.