Catégories
Méditation Introspective Podcast

Se Libérer du Poids des Ancêtres

Cet épisode est le premier d’une série sur la Méditation Introspective.

En cette rentrée, j’aimerais vous proposer une série d’épisodes sur l’importance de regarder profondément en soi pour se libérer de ses blocages et pour accéder à ses ressources.

On verra comment la méditation introspective va aider à mieux comprendre nos blocages, nos contradictions, nos peurs, notre stress et nos désirs insatisfaits.

Et on verra aussi comment cela aidera aussi à libérer les qualités, les ressources, et les forces que l’on porte en soi.

Écouter « Se Libérer du Poids des Ancêtres »

Ou lire la retranscription ci-dessous…

Méditation introspective, qu’est ce que cela veut dire?

L’introspection c’est l’acte de regarder en soi, d’observer nos pensées et nos ressentis. La méditation permet de faire cela plus facilement. Car l’on va pouvoir maintenir notre attention plus pleinement, plus longtemps sur des aspects de notre fonctionnement interne qui sont généralement flous et peu connus.

Êtes-vous prêt à plonger dans cette exploration?

On va parler du poids inconscient de l’héritage familial, des croyances que cela engendre et de comment faire pour les dépasser.

Ma part d’ombre

Personnellement, j’ai longtemps fonctionné avec une grande part d’obscurité en moi.

Ici, obscurité n’est pas utilisée pour illustrer quelque chose de mal ou de négatif, mais simplement comme absence de lumière et de connaissance. Car comme on va le voir, mettre en lumière nos fonctionnements internes, c’est pouvoir les voir et les comprendre.

Une part de cette obscurité interne m’empêchait de voir une grande incohérence en moi: celle de vouloir recevoir sans donner.

Comme un enfant gâté qui a l’impression que tout lui est dû, j’ai longtemps cru qu’il suffisait de vouloir pour recevoir.

Être un bon garçon

Je suis fils d’émigrés. Mes parents ont dû quitter à contrecœur leur pays en guerre. Ils ont vécu leur nouvelle vie en Europe comme une douloureuse séparation.

Ils se sont fermés sur eux-mêmes, sur leur culture et leurs traditions. Très tôt, j’ai appris qu’il fallait adopter les règles familiales et se méfier de l’extérieur. J’ai découvert qu’il me suffisait d’être un « bon garçon » pour recevoir une abondance d’amour et de soutien, qu’exprimer ou même ressentir des idées étrangères risquait de faire souffrir mes proches.

J’ai longtemps entretenu cette croyance. Dans le monde « extérieur » – à l’école, en tant qu’adulte-, je croyais qu’il suffisait d’être une bonne personne pour recevoir ce que l’on souhaite. Mais la réalité fut autre: les filles qui me plaisaient n’étaient pas intéressées par moi, les interviews ne se concluaient pas par une embauche, l’argent ne venait pas facilement.

Mon problème c’est que je voulais recevoir sans donner. Je faisais cela de manière inconsciente, car je ne savais pas donner.

Incapable de donner

On ne peut, en effet, donner que ce que l’on a. Et la seule chose que l’on a, qui nous est propre, c’est notre perception unique du monde, c’est notre individualité.

Être capable de donner c’est être capable d’exprimer nos ressentis et nos pensées avec authenticité.

Or, pour moi, s’exprimer était associé au fait de faire souffrir mes proches. Enfant, j’avais appris que faire ce que l’on attendait de moi était plus important que d’exprimer ce que je ressentais.

Adulte, j’ai gardé cette croyance qu’il était plus important de faire plaisir que d’être vrai, et en ne donnant que du paraitre, du superficiel je recevais la même chose en retour.

Lorsque j’ai mis en lumière cette croyance erronée – pour être aimé, il faut faire plaisir plutôt que s’affirmer -, j’ai pu, peu à peu, m’en défaire.

Aujourd’hui, je sais que s’exprimer avec authenticité et avec implication, en d’autres termes s’affirmer, est ce que l’on a de plus précieux, de plus vrai à offrir.

Ce changement de comportement a donc nécessité une mise en lumière de cette croyance profondément ancrée en moi. Voir clairement ce mode de fonctionnement m’a permis de réaliser qu’il n’était maintenant plus adapté pour moi en tant qu’adulte et qu’il m’empêchait d’exprimer pleinement mon individualité.

Ce que l’on vient de voir est un exemple d’une mise en lumière d’une croyance limitante et néfaste et des changements que cela peut apporter.

On possède tous notre lot de croyances dont on ne perçoit que le bout, mais dont la plus grande partie reste dans l’obscurité.

Ces croyances deviennent comme des chaînes qui nous rattachent à de vieilles peurs familiales et qui nous empêchent de nous épanouir en tant qu’individu créateur de sa vie.

Ces croyances inconscientes ont plusieurs attributs, elles sont:

  • héritées de notre famille
  • fondées sur un besoin de survie
  • limitantes et parfois destructives

L’héritage familial

On grandit tous dans un environnement particulier. Cet environnement modèle notre perception du monde. Ce que j’entends par héritage familial ce sont les valeurs et croyances, conscientes et inconscientes, auxquelles l’enfant est exposé. Ce sont les croyances des parents, de la famille, des ancêtres, du village, du pays, de la religion et des anciennes croyances.

Toutes ces influences créent chez l’enfant les notions de bien et de mal, de souhaitable et de néfastes.

Plus profondément, ces croyances, coutumes et traditions, émanent avant tout d’une nécessité de survie.

La suprématie de la survie

Pendant l’immense majorité de son existence, l’être humain s’est principalement soucié de sa survie: manger suffisamment et ne pas se faire manger.

Il a découvert qu’en vivant en groupe ses chances de survie étaient plus importantes.

Les groupes sont devenus de plus en plus grands et ils ont nécessité la création de règles communes pour optimiser la survie.

La morale, les systèmes politiques et économiques, les religions, l’éthique, les traditions, les us et coutumes, les royaumes, les nations ont tous à leur origine la nécessité de survie des individus du groupe: manger suffisamment et éviter de mourir d’une mort violente.

La culture familiale porte en elle ces systèmes basés sur la nécessité de survie, mais comme on va le voir, ces systèmes ne sont pour la plupart plus appropriés à notre époque ou à l’évolution de l’être humain.

Anciennes peurs et croyances obsolètes

Si je reprends l’exemple de mes parents qui considèrent l’adhésion aux valeurs de la famille plus importante que l’expression individuelle. Mes parents ont hérité cela des leurs, qui l’ont hérité des leurs et ainsi de suite. Et il y a 200 ans, ce mode de fonctionnement était en effet nécessaire pour la survie des membres d’une famille.

Le groupe était plus important que l’individu. Un fils ne pouvait prendre le risque de suivre une voie différente de celle de ses proches. Le fils de paysan devenait paysan, le fils de religieux devenait religieux, le fils d’artisan devenait artisan.

Partir suivre une carrière d’artiste comprenait le risque de se retrouver à la rue, sans le sou, et les risques de mourir de faim, de froid, de maladie ou de violence étaient décuplés.

À cette époque, exprimer son individualité portait un réel de risque de mort.

De même, il y a 200 ans, une jeune femme qui décidait de partir avec un homme du village voisin contre l’avis de ses parents risquait de raviver de vieilles querelles et causer la mort de plusieurs personnes.

Les systèmes hérités de nos ancêtres avaient à une époque une vraie utilité de survie.

Or aujourd’hui, un fils de médecins qui décide d’arrêter ses études au lycée pour devenir un chanteur risque de décevoir ses parents, mais il ne se met pas en danger de mort.

Une jeune femme ou un jeune homme qui décide de se marier en dehors de sa communauté va faire froncer les sourcils des plus anciens, mais ne va généralement pas déclencher une succession de règlements de compte sanglants.

Mais malgré cela, au niveau inconscient on continue à attribuer à ces croyances un danger de mort, et l’on ressent une réelle angoisse lorsque l’on cherche à confronter ou à dépasser ses héritages familiaux et culturels.

Qu’est ce que l’on a vu dans cet épisode

L’héritage familial, culturel, social nous limite de l’intérieur. Si à une époque ces règles étaient nécessaires à la survie, elles le sont de moins en moins aujourd’hui, et il va falloir s’en libérer pour continuer notre évolution personnelle.

On va voir dans les prochains épisodes comment la mise en lumière de ces croyances nous permettra de les dépasser.

On verra que lorsque l’on observe de plus près nos croyances, que l’on creuse pour voir ce qui se cache derrière, on découvre que ces croyances reposent sur la peur de mourir, sur la peur de se retrouver seul.

On verra aussi que la mise en lumière d’une croyance nous en libère, car l’on comprend au niveau intellectuel, mais surtout l’on ressent au niveau corporel, que le danger n’est pas réel, que c’est juste l’écho de la mémoire de nos anciens et de leurs peurs primitives.

On verra aussi d’une manière plus spécifique comment la méditation introspective nous aidera à faire face à notre manque de confiance et à nos incohérences du type:

  • J’aimerais trouver l’amour, mais je ne m’ouvre pas à l’affection d’un/d’une autre.
  • J’aimerais gagner plus d’argent, mais je n’aime pas la société de consommation.
  • Je veux m’affirmer davantage, mais je n’aime pas exposer ce que je ressens.
  • Je veux recevoir davantage, mais sans donner davantage.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'exercice 

Par Moutassem

Bonjour et bienvenue! J’anime ce blog pour vous donner l’envie et les outils pour explorer le fascinant monde de la méditation. Je vous invite, dès maintenant, à suivre avec moi une méditation guidée qui vous plongera dans le moment présent >>

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires