Catégories
Reprendre Confiance en Soi

Les 3 Mythes de la Confiance en Soi

Marie, bientôt la quarantaine, a conscience qu’elle manque de confiance en elle. Ce manque de confiance en soi se répercute principalement sur sa vie sociale (et par extension amoureuse). Elle a longtemps cherché à travailler sur elle-même, mais sans vraiment pouvoir se libérer de cette impression de malaise qu’elle ressentait si souvent.

Jusqu’au jour où Marie a arrêté de vouloir reprendre confiance en elle, et qu’elle s’est plutôt concentrée sur un projet qui lui tenait à cœur : publier une série de livres sur les médecines douces. Elle a amené son projet à bout et dans le processus, elle a gagné en confiance et en joie de vivre. Marie a, sans chercher à le faire, dépassé les mythes que nous sommes nombreux à avoir sur la confiance en soi. Découvrons quels sont ces mythes qui nous freinent, au lieu de nous aider, dans notre accomplissement personnel.

Mythe 1 – La confiance en soi est une attitude mentale

Que ce soit sur le web ou dans les rangées des librairies, on trouve de nombreux articles et ouvrages qui parlent de l’importance d’avoir une attitude positive, une attitude de gagnant. Si positiver a parfois son utilité, cela ne constitue pas une fondation pour la confiance en soi.

En effet, on peut se booster mentalement et se sentir bien, mais face au premier obstacle on risque de se dégonfler. Vous avez peut expérimenter cela : on se sent plutôt bien et d’attaque, mais dès que l’on sort de sa zone de confort ou que l’on se retrouve face à certaines personnes, on retombe dans une attitude de défense. On rétrécit malgré nous et tout notre conditionnement mental semble impuissant face à ce phénomène.

Un sentiment viscéral

Aussi désagréable que ce dégonflement puisse paraître, il reste courant et normal, car la confiance en soi ne vient pas du mental. C’est un sentiment viscéral. Si l’on devait localiser la confiance en soi au niveau du corps, cela viendrait du ventre. C’est une force qui nous permet de rester ancrés en soi et de ne pas subir avec autant de vulnérabilité l’influence des autres. Dans les futurs articles sur le thème de la confiance en soi, on découvrira comment la méditation couplée à certains exercices va permettre de développer cette force en nous.

Mythe 2 – L’estime de soi est déterminée par notre passé

De nombreuses personnes entretiennent la croyance que leur manque d’estime est dû à leur passé. Elles ont l’impression de ne pas avoir été assez soutenues ou au contraire d’avoir été trop protégées. Au risque de surprendre, ce n’est pas notre passé, mais plutôt la perception que l’on a du passé, qui va affecter notre confiance en nous. À chaque fois que vous repensez à votre passé, que vous vous percevez en tant que victime, vous allez alors renforcer la croyance que c’est normal que vous manquiez de confiance.

Lorsqu’une personne manifeste une plus grande confiance dans la vie et en elle même, sa lecture de son propre passé change. Elle développe une vision plus nuancée de ce qu’elle a pu vivre. On ne peut pas transformer le passé. On peut juste se libérer des histoires et croyances qu’on continue à entretenir par rapport à ce dernier.

La confiance en soi émane d’un état de présence, et dans cet état nos croyances par rapport à notre passé n’ont pas d’utilité. Le plus tôt vous réalisez que l’estime de soi se vit ici et maintenant, le plus vite vous abandonnerez le besoin de comprendre votre passé.

Une vision plus équilibrée du passé

J’aimerais tout de même ajouter ici que lorsque l’on développe une plus grande confiance en nous et que l’on s’installe dans le présent, on va naturellement mieux comprendre notre passé, et cela sans chercher à le faire. Par comprendre, j’entends qu’on va développer une vision plus équilibrée des évènements vécus, et qu’on va mieux saisir les liens entre nos expériences douloureuses et agréables. L’un des signes qui nous indiquent que l’on a fait la paix avec notre passé, c’est le sentiment de gratitude que l’on ressent lorsque l’on repense à tout ce que l’on a put vivre.

 Mythe 3 – Le regard des autres n’est pas important

On entend souvent dire qu’il suffit d’être soi, et que l’on ne doit pas se soucier du regard des autres. Certaines personnes affirment haut et fort qu’elles ne prêtent aucune attention à ce que l’on peut penser d’elle. Si effectivement, il est sage de ne pas excessivement réagir aux critiques, tout comme aux compliments, il est un fait que l’on ne peut pas ignorer : l’être humain est un animal social.

Nos bébés naissent avec un cerveau très malléable pour pouvoir intégrer toutes les nuances culturelles de leur environnement. Les rapports humains sont complexes et ils affectent profondément notre perception du monde. Donc, à moins de vivre isolé dans la nature, notre rapport aux autres va affecter la confiance en soi. Ignorer ce fait, c’est non seulement se mentir à soi-même, c’est également passer à côté de nombreuses opportunités d’accomplissement personnel.  La perception que l’on a des autres (comment on les voit, comment on pense qu’ils nous perçoivent) va en effet beaucoup nous apprendre sur nous même. Dans Ce Que Nous Apprennent les Conseils que l’on Donne à nos Proches, j’aborde ce sujet.

Comprendre qu’on ne peut pas se séparer du monde dans lequel on vit est le seul moyen de devenir autonome et confiant. Car essayer de se persuader que l’on a besoin de personnes pour être soi-même, c’est faire un effort inutile et contre nature. Nous voulons tous avoir des relations saines et riches avec notre entourage. La confiance en soi vient donc aussi de notre capacité à nous adapter aux autres, et à mieux comprendre nos réactions face à certaines personnes.

Un sentiment qui émerge naturellement en soi

Ces 3 mythes (La confiance en soi est une attitude mentale ;  L’estime de soi est déterminée par notre passé ; Le regard des autres n’est pas important) contribuent à créer un sentiment de frustration et d’impuissance. Dans les prochains articles, vous allez découvrir que la confiance n’est pas un état qui se force, ou se conquiert. C’est un sentiment qui émerge naturellement en soi lorsque l’on arrête d’y résister. Je vous parlerais notamment de comment la méditation suivie de certaines questions va aider à mieux comprendre pourquoi on persiste à s’éloigner de qui nous sommes réellement.

En attendant, j’aimerais savoir si vous avez entretenu l’un de ces 3 mythes ? Merci d’utiliser la zone commentaire pour partager votre expérience.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'exercice 

Par Moutassem

Bonjour et bienvenue! J’anime ce blog pour vous donner l’envie et les outils pour explorer le fascinant monde de la méditation. Je vous invite, dès maintenant, à suivre avec moi une méditation guidée qui vous plongera dans le moment présent >>

42 réponses sur « Les 3 Mythes de la Confiance en Soi »

Article très pertinent, précis, clair et concis. Il décrit avec une grande exactitude ce que je vis depuis six mois. Il est heureux de constater que mon experience n’est pas passée inaperçue devant l’intelligence universelle! Merci!

Merci Jean! Je suis content de lire que cet article a bien résonné avec votre vécu personnel. Il semblerait qu’on partage tous, à des degrés différents, les mêmes aspiration et les mêmes difficultés. Au plaisir de vous lire!

je suis tres contente de lire cet article ce matin.moi j,ai tendance à revenir dans mon passé afin de trouvé le pourquoi de mes attitudes négative.merci

C’est un article est interessant et enrichissant. J’avais un blockage, un doute, des fois je me demande suis-je performante? Grace a cet article j’ai decouvert la solution a ce probleme. J’attends plus de vous.

Beatrice D.Damus

Merci Béatrice,
dans les semaines qui viennent je vais publier plus d’articles et de vidéos sur ce thème.

bonjour merci pour cet article qui est très bien expliqué .Grace à un travail sur moi avec l’aide d’une sophrologue j’ai pu me libérer de mon passé .Je commence une approche de la méditation par des lectures et ensuite j’espère pouvoir arriver à pratiquer .Je vous remercie pour vos publications

Peut être faut-il apprendre a être plus généreux… arrêter de juger.
De se juger soi-meme, juger les autres… Prendre du recul grâce a la méditation par exemple.
Toutefois, je crois que parfois, il est nécessaire d’entreprendre au préalable un travail psychologique afin de se libérer de certains poids. Il est alors plus facile de passer a une étape plus spirituelle…
Je lis avec plaisir vos différents articles… Merci

Un travail psychologique qui nous aide à nous poser les bonnes questions offre c’est vrai une aide précieuse. Faire une activité physique saine, se poser les bonnes questions, et pratiquer la méditation sont toutes des activités qui permettent notre développement personnel et spirituel. Merci Christine et au plaisir de vous lire

bonjour Moussatem…

Tout à fait ce sont 3 mythes que je mettais de l’importance axés surtout sur le passé et les autres…Aujourd’hui j’utilise le mental pour m’aider justement à avancer dans le positif comme il y a toujours le contexte de la dualité maintenant lorsque le doute se fait sentir je me dis ok toi tu es là mais il y a aussi la confiance qui existe alors j’opte pour la confiance au lieu de rester bloquer dans le défaitiste…ainsi ma santé s’améliore et positivisme s’installe de plus en plus…la méditation m’aide à retrouver le calme intérieur à m’apaiser au lieu d’être étourdie de toutes sortes de pensées. Je suis bien heureuse d’avoir pris contact avec votre site vos partages arrivent toujours à point….Merci encore et Namasté…

Merci Nicole de partager votre expérience. Je suis content de lire que la méditation vous apaise et que cela se répercute positivement sur votre santé. Continuez à vous faire du bien. Et au plaisir de vous lire. Namasté

Bonjour Moutassem,
Je viens de découvrir votre site et j’ai commencé par lire cet article. Quelle bonne surprise d’y découvrir enfin une vision des choses exempte de « langue de bois » !
Très juste cette remarque comme quoi la confiance en soi n’a rien à voir avec une attitude mentale.
Quant aux personnes qui prêchent de faire abstraction du regard des autres j’ai toujours pensé qu’elles étaient un peu hypocrites, car c’est juste impossible !
Par contre vis-à-vis des blessures du passé vous avez très certainement raison aussi, mais là j’avoue qu’il m’est difficile encore d’éviter de me définir par rapport à elles. J’entrevois cependant bien de quoi vous voulez parler, il faudrait que je change totalement mon attitude présente par la méditation pour avoir prise sur ce passé et le rendre inoffensif à mes yeux. Cela va me demander beaucoup de travail intérieur … En tout cas merci à vous et bonne journée. :)

Bonjour Syl,
Merci pour votre participation. c’est vrai que se libérer du passé n’est pas toujours facile… mais possible en apprenant à s’installer de plus en plus dans le présent. Bonne journée à vous aussi!

Bonjour Moustassem.

Je n’avais pas beaucoup de confiance en moi et vous avez raison mon passé me blocais.
Depuis que j’ai appris à faire la paix avec et bien je me sens beaucoup mieux et ose faire des choses que je ne faisais pas avant.
Maintenant je vais pratiquer la méditation, chose que je n’ai jamais fait, mais je crois bien y arriver
Merci beaucoup pour vos conseils.

Bonjour Moutassem,
J’adore votre site j’y trouve les subtilités qu’il me manquaient dans mes autres lectures sur la méditation! Bravo pour cela! :)
J’ai une interrogation concernant ma pratique…
J’essaye de méditer tous les jours pendant au moins 20 min mais je me rends souvent compte qu’au cours de ces 20 min, mon esprit a passé je pense beaucoup plus de temps à tergiverser plutôt qu’à rester concentré sur ma respiration… Il peut parfois se passer plusieurs minutes avant que je me dise  » ah oui au fait!! la respiration! » . Est ce normal? est ce que ma pratique peut qd même être « efficace »? … ou est ce que je perds mon temps?
Merci pour votre précieuse aide!
:)

Bonjour Aurélie,
Ce va-et-vient est tout à fait normal. C’est pourquoi on considère la méditation comme un entraînement de l’esprit. À chaque retour à la respiration, vous renforcez votre capacité à canaliser l’attention. Vous ne perdez pas votre temps, bien au contraire.
Au plaisir de vous relire :)

Bonsoir Moutassem,

Ce que j’apprécie dans tout vos articles est qu’à chaque lecture (certains articles j’ai dû les lire au moins 5 fois) j’ai l’impression de les lire pour la première fois. J’ai les découvre avec un esprit neuf et j’ai cette sensation de toujours apprendre.
On se retrouve dans vos articles, on a tjs cette impression qu’ils sont fait pour nous (d’ailleurs je vois que je ne suis pas la seule à ressentir ceci), et ils sont écrits avec simplicité.
Alors encore merci pour ces petits moments de bonheurs que vous me procurez lors de la lecture de vos articles.
A bientôt
Jocelyne

Merci Jocelyne pour vos commentaires que j’apprécie à chaque fois.
Moutassem (En Thaïlande en ce moment pour retraite de méditation :)

Bonjour,

Oui j’ai effectivement entretenu le mythe que mon passé infflue sur la confience en moi. Merci pour vos conseils qui me dont précieux. Je pense que je travaille dans le bon sens, je parviens à me poser une à deux fois par jour et à ne penser à rien d’autre qu’à ma respiration. Je suis plus seraine et cela m’aide beaucoup tant sur le plan professionnel que personnel.

Bonjour,
Personnellement, je me sens plus concernée par le volet n°2 : les douleurs du passé… Il est vrai qu’il est souvent difficile de passer outre les mauvaises expériences du passé et notamment celles vécues dans l’enfance… Ce sont les représentations les plus difficles à changer ! Un psychiatre, comme l’indiquait Christine précédemment, peut être une bonne aide pour sortir de ces méandres de l’enfance et nous permettre de changer ces perceptions qui nous obsèdent vis à vis du passé.. Quant au volet le n°3, je me remets en question si la personne que j’ai en face de moi est saine d’esprit et si ses critiques sont fondées… Mais cela n’est en rien une source de stress… on se dit que quelqu’un qui passait par là nous a aidé peut-être à évoluer sur certains points de notre personnalité à un instant donné…
De plus, j’ai visionné l’émission de France 2 diffusée le 6 mai 2014 avec le dr Michel Simmes… Ils parlent de la méditation et de ses bienfaits… Franchement c’est à voir !
Bonne journée à tous et n’oubliez pas, vous êtes vivants alors vivez !! :-)
Gladys

Merci Gladys pour votre retour. C’est vrai que nos représentations par rapport à notre passé sont souvent bien ancrées en nous, et il faut du temps pour s’en libérer.
Je vais essayer de retrouver l’émission du dr Simmes, merci pour l’info!

Bonjour, je viens de découvrir et j’avoue être intéressée par vos propos qui me semblent sans bla-bla.
J’aurais plaisir à vous retrouver

Bonjour et merci pour cet éclairage si pertinent!!! Depuis le temps que je travaille sur moi je n’avais jamais vu les choses de cette manière et maintenant ça me semble tellement évident !!!
Personnellement j’ai beaucoup entretenu les mythes 2 et 3 (heu… encore aujourd’hui hein, je viens tout juste de découvrir ce blog donc y’a encore du boulot ^^, mais la prise de conscience est la première et la plus importante des étapes !!!)
Juste une précision, quand vous dites : « Car essayer de se persuader que l’on a besoin de personnes pour être soi-même, c’est faire un effort inutile et contre nature », c’est à la forme négative? Donc en d’autres termes c’est : « se persuader que l’on a pas besoin de quelqu’un pour être soi même », c’est ça? Excusez moi mais je pense que pour la compréhension c’est important, au départ j’avais compris l’inverse, et je ne captais vraiment pas (y’a juste un « s » en trop à « personnes »).
Voilà c’est tout, en tout cas merci encore pour ce texte, j’ai hâte d’en lire d’autres et de tenter vos méditations guidées !!!

Bonjour Silisili et bienvenue sur ce blog!
C’est vrai que la tournure de cette phrase peut prêter à confusion.
En essence, j’explique que notre bien-être dépend aussi de nos relations personnelles. L’être humain est un « animal social » et nous avons besoin les uns des autres pour nous épanouir. Et vouloir croire que l’on n’a pas besoin des autres c’est se mentir à soi même.

Bonjour et merci pour ces commentaires très enrichissants. Je fais de mon ressenti actuel une fatalité, mais je me rends compte qu’il n’en est rien, et c’est tant mieux. Il n’est jamais trop tard pour se reprendre en main, et qu’importe notre âge. Au plaisir de vous lire et relire.

Bien cordialement

C’est vrai Michel, il n’est jamais trop tard pour reprendre confiance. Merci pour votre commentaire Michel.

Merci Moutassen,

De nombreux déplacement dus à un cancer de mon conjoint ne me permettent pas pour l’instant de suivre un stage .Je pense que des le mois de mars je pourrai à nouveau être disponible ,je m’inscrirai alors au stage qui me sera proposé .En attendant vous m’apportez beaucoup .

Merci Danielle pour votre message. Je vous souhaite du courage face à la maladie de votre conjoint. Et au plaisir de vous accompagner, à travers les articles, dans votre cheminement personnel.

Bonjour,
A mon tour je vous remercie pour cet article. Il me paraît très sensé, pertinent et utile (ça me parle, bien plus profondément que les divers conseils, recettes, coaching etc publiés sur le sujet).
Alors oui, j’ai parfaitement reconnu les 3 mythes pour ma part, je trouve même réconfortant et réconciliant de les voir ainsi en lumière, sous cet angle de mythe. Ca ouvre des perspectives d’évolution personnelle ainsi que dans ce que je peux transmettre à ma fille.
La photo du miroir est aussi très drôle !
Et en plus, quel beau nom vous portez (mais là, vous n’y êtes pour rien).
Enchantée d’avoir fait connaissance avec votre site, que je range précieusement dans mes favoris.

Article très intéressant!
Je trouve qu’il permet de bien comprendre que ces notions de bien être, estime de soi, etc…sont facilement abordées dans nos sociétés uniquement de manière intellectuelle…c’est la que la méditation prend tout son sens: la compréhension se fait plus en profondeur, elle devient plus corporelle.
Merci pour cet article!

Très enrichissant! Je me reconnais pas mal d’ailleurs.
Je pensais souvent que mon manque de confiance en moi était lié à une enfance surprotégée.
Aujourd’hui, je le prend avec beaucoup plus de recul et de gratitude en me disant que cela m’a permis de connaître le monde du développement personnel et de savoir faire les efforts pour repousser ses limites.
Merci pour l’article!

Merci pour cet article très intéressant, qui remet à leurs places différentes croyances bien ancrées. Tout est en nous, là, maintenant. Après quelques remises en question personnelles (et ce n’est pas fini), j’ai fini par comprendre, que je faisais partie d’UN monde, le nôtre. Que comme tout un chacun, j’étais un maillon de ce monde et que tous, vous qui m’entourez former cette chaîne. A force d’essayer d’abattre tous les murs pour survivre, je ne comprenais pas que je les reconstruisais aussi vite pour me protéger. Pffff … je suis exténuée … mais je comprends … petit à petit …

Bonjour Moutassem,

Merci pour cet article.
Le mythe qui me paraît le plus fort dans mon cas est le lien au passé.
D’ailleurs je ne suis pas totalement convaincue. Selon moi, les événements du passé peuvent avoir conditionné un comportement avec une faible confiance en soi. A un instant donné, le passé peut être en lien avec un manque de confiance. Par contre là où je vous rejoins c’est que le passé ne conditionnera pas à vie le manque de confiance, à partir du moment où le lien a été fait, il y a la possibilité de  » se libérer des histoires et croyances qu’on continue à entretenir par rapport à ce dernier ». Ceci plus ou moins facilement.
Donc je dirais que le passé ne nous conditionne pas à manquer de confiance en soi indéfiniment mais il participe grandement à ce que nous vivons au présent. Après entrent en jeu une multitude de paramètres à commencer par la prise de conscience mais aussi volonté, possibilité, capacité, disponibilité et le timing qui sont propres à chaque individu.

Merci de m’avoir permis de mener cette réflexion

Les commentaires sont fermés.