Catégories
Bienfaits de la méditation Dépasser La Dépression Chronique

Méditation et Dépression

Méditer évite de retoucher le fond

Sentiment de déprime, coup de blues, fatigue et manque de motivations sont des sentiments de plus en plus courants. De nos jours, il est habituel de passer par ces périodes où l’humeur est basse et la tristesse latente. Avec le stress du quotidien, les doutes face à l’avenir, et le manque d’échange et de partage, on se dit que c’est normal d’avoir ces moments de mal-être. On pense qu’ils finiront par passer. Mais dans la plupart des cas, le sentiment de déprime devient cyclique. Il va et vient. Il nous tombe dessus sans crier garde, et grignote, à chaque fois, un peu plus la confiance en soi. Dans le pire des cas, la déprime s’installe et se transforme en dépression. Que peut-on faire pour éviter ces cycles de mal-être et ne plus autant subir cette fragilité émotionnelle?

Développer la pleine conscience prévient les rechutes en dépression

La réponse en une phrase: Développer la pleine conscience. Focaliser notre attention sur le moment présent quelques minutes par jour permet d’éviter de retomber dans un cycle de déprime. Méditer prévient efficacement les rechutes. Il est utile de noter ici que la méditation n’est pas utilisée comme un moyen de traiter la dépression sévère. Par contre, ce que la recherche scientifique nous apprend, c’est que la pratique de la méditation aide à réduire considérablement les rechutes en déprime et en dépression. Cela est un bienfait considérable, car l’un des principaux problèmes avec la dépression c’est la tendance à la rechute qui reste élevée malgré les traitements médicamenteux. La méditation offre alors un moyen naturel et sain pour se sortir des cycles du mal-être et pour reprendre confiance en soi et dans la vie.

Grâce à des chercheurs tels que John Tesdale, Mark Williams, et Zindel Segan, auteurs de The Mindful Way Through Depression, ed. The Guilford Press (qui peut-être traduit par « la pleine conscience pour dépasser la dépression »), de plus en plus de patients dépressifs sont introduits à la pratique de la méditation de pleine conscience. Si les bienfaits sont considérables, une personne sujette à dépression doit considérer ces 3 points pour pouvoir méditer dans les meilleures conditions. Ces conseils nous sommes donnés par John Tesdale, Ph. D., coauteur du livre.

3 Conseils pour méditer lorsque l’on est sujet à la dépression

1. Quel est le plus grand obstacle à la méditation de pleine conscience lorsque l’on est dépressif?

La pratique de la pleine conscience n’est pas difficile en soi. On peut être volontairement conscient de ce qui se passe au présent, et cela à tout moment de la journée. La difficulté pour nous tous, et cela inclut les personnes dépressives, est de se rappeler d’être conscient. Notre esprit est si accaparé par les pensées du quotidien que l’on oublie qu’il est possible d’être conscient du moment présent.

Si l’on est dépressif, les pensées entretiennent un sentiment de souffrance. Elles deviennent tellement enracinées qu’elles donnent l’impression que l’on est bloqué dans cet état, et il devient alors difficile de libérer l’attention pour la ramener sur le moment présent.

C’est pourquoi il faut se donner le temps de pratiquer les exercices de pleine conscience. Même si au début la pratique va sembler difficile et inefficace, cela va permettre de se libérer, peu à peu, des pensées qui nourrissent le mal-être. La personne va alors pouvoir graduellement s’installer dans la conscience du moment présent. Au lieu d’avoir son attention accaparée tout le temps par des pensées négatives, elle va pouvoir profiter, quelques instants par jour, d’être pleinement présente. Cette plus grande conscience du moment présent permet de s’élever au-dessus du brouillard de la dépression.  

2. Y a-t-il un exercice de pleine conscience qui soit particulièrement indiqué pour les personnes dépressives?

Il existe de nombreuses méthodes pour renforcer la pleine conscience. Chaque personne, selon sa sensibilité, va bénéficier à un moment donné d’une méthode plus qu’une autre.

En règle générale, pour une personne dépressive, il va être plus facile de focaliser l’attention sur des sensations fortes du corps plutôt que sur des ressentis plus subtils (tels que suivre la respiration et la conscience des pensées et des émotions).

Les exercices qui incluent des mouvements physiques (yoga, marche consciente) vont être plus faciles lorsque l’on est déprimé. Les sensations qui viennent du corps sont suffisamment ‘fortes’ pour capter l’attention. De plus, ces sensations ont également l’avantage d’êtres neutres contrairement à l’observation des pensées et des émotions qui elles risquent de générer plus d’émotions. (Lire aussi S’étirer pour méditer).

3. Peut-on pratiquer la méditation lorsque l’on souffre d’une sévère méditation ?

Initialement, la méditation de pleine conscience a été utilisée auprès de personnes ayant souffert de sérieuse dépression. Cependant, l’apprentissage se fait généralement lorsque la personne se sent relativement mieux. Et cela justement, pour éviter une rechute.

Si aujourd’hui certaines études commencent à démontrer que la méditation peut également aider une personne en crise sévère. Il est important de rester bienveillant envers soi même et ne pas se forcer si l’on n’en a pas la force. Si aujourd’hui, vous vous sentez trop mal, essayer de méditer risque de vous décevoir. Dans ce cas, il est plus sage d’attendre un moment de répit pour commencer cette pratique. La dépression, même sévère, reste cyclique. Et cela est très encourageant, car dès que ça va un peu mieux, vous pourrez alors débuter cette pratique qui a le potentiel de vous libérer de ce mal du siècle.

Question: Si vous avez réussi à dépasser la tendance à être déprimé grâce à la pratique de la méditation, merci de partager votre expérience dans la zone commentaire.

Sources: Psychcentral.com; Radio Télévision Suisse; The Mindful Way Through Depression.

Cliquez sur l'image pour découvrir l'exercice 

Par Moutassem

Bonjour et bienvenue! J’anime ce blog pour vous donner l’envie et les outils pour explorer le fascinant monde de la méditation. Je vous invite, dès maintenant, à suivre avec moi une méditation guidée qui vous plongera dans le moment présent >>

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
marianna
marianna
6 années il y a

Bonjour je pratique presque tous les jours la méditation, c’est devenu un besoin. La raison de ma déprime est dû à de l’anxiété chronique. J’ai d’abord arrêté de travailler la nuit. Par contre c’est en usine que je travail avec un bruit qui fini par détasbiliser tout mon être. Tous les six mois je suis sous anti dépresseur. Plus que trois ans à travailler et je pense que se cauchemard sera terminé, mais c’est grâce à la méditation que je me remet au bout de deux mois d’arrêt de travail.

Lionel
Lionel
6 années il y a

Je pense sincerement que la méditation gagnerait a etre plus largement exploitée et cela dès l’enfance, dans les écoles, mais aussi dans les prisons! Il y’a un gros souci dans cette société moderne car tout nous pousse a crorie, les médias etc, que le bien etre passe exclusivement par l’ avoir, par les stimulis exterieurs, alors qu’on se rend bien compte que même des gens aisés sont touchés par la dépression. Inversément il y’a des peuples tres pauvres qui sont malgré tout souriant parce qu’ils ont acquis une joie intérieur qui dépasse leur situation précaire. Apprendre a recentrer voir maitriser… Lire la suite »

Laurine
Laurine
3 années il y a

Salut, c’est vrai que la méditation peut aider mais moi, je prends aussi des antidepresseurs parce que je suis dans une situation quand seulement la méditation ne peut pas m’aider, (…) et j’ai noté une amélioration je suis moins anxieuses et je n’ai plus d’idées noires et je ne pleure plus, j’ai commencé aussi pratiquer de la méditation j’espère me sentir mieux et cesser d’en prendre les médicaments. Au début j’étais contre mais comme je me sentais pire, j’ai constaté que qu’il y a des cas où un suivre un cours de traitement c’est strictement nécessaire.