Catégories
Société

Qu’est Ce Que L’Attaque Contre Charlie Hebdo Nous Apprend Sur Notre Humanité?

C’est au téléphone que j’ai appris ce mercredi 7 janvier, l’attaque qui a eu lieu contre Charlie Hebdo à Paris. Mon ami au téléphone est surpris que je ne sois pas au courant: « C’est terrible. 12 morts. Ils ont attaqué les bureaux de Charlie Hebdo et ils ont crié ‘Dieu est grand, on a vengé le prophète.’ »

Sur les réseaux sociaux réactions de tristesse, d’indignation, de colère et même de haine. Et c’est vrai que l’on ne peut que condamner ces actes de barbarie et ressentir de la tristesse pour les familles des victimes. Mais au-delà de ces premières réactions à vif, qu’est ce que cette attaque, violente et préméditée, nous apprend sur la nature humaine et ultimement sur nous même?

Condamner et vouloir punir ne suffit pas. La violence contre la violence, comme unique réponse, ne marche pas. Ressentir de la haine et vouloir détruire l’autre ne pourra jamais apporter la paix et la fraternité que nous sommes si nombreux à profondément vouloir. Il y a un autre chemin, celui qui consiste à comprendre l’autre, même si cet autre est un fou meurtrier, et à découvrir ce que cela implique dans nos choix de tous les jours. Car comme on va le découvrir, comprendre l’autre et agir en conséquence sera le meilleur moyen de prévenir de futurs actes d’une telle folie.

Comment un homme peut en venir à tuer des inconnus et à croire qu’il agit selon une valeur juste? Découvrons la genèse d’un extrémiste.

Tuer est extrêmement difficile: nos instincts profonds nous empêchent de commettre l’irréparable.

Comment en vient-on à devenir un tueur alors que tuer est profondément inhumain ? Tuer un autre être humain est extrêmement difficile. Nos instincts profonds nous empêchent dans la grande majorité des cas de prendre une vie. Cela peut s’expliquer par l’empathie naturelle que l’on porte envers nos congénères.

Cela est même vrai chez les professionnels où tuer fait parfois partie du travail: les militaires. Il existe plusieurs études comportementales commanditées par l’armée pour comprendre la psychologie derrière l’acte de tuer. L’armée a constaté la difficulté à passer à l’acte et elle a voulu savoir comment entraîner ses soldats à tuer, lorsque nécessaire.

Dans un article paru dans Killology, les chercheurs écrivent:Lors d’un échange de feu, les combattants arrêtent de réfléchir avec leur cerveau rationnel. C’est la partie instinctive du cerveau qui prend le dessus. Il va y avoir alors une puissante résistance à tuer un membre de sa propre espèce, une résistance que l’on retrouve chez tous les individus sains.

Malgré l’entrainement et les ordres, la nature humaine des soldats prend le dessus et les empêche de tuer dans la plupart des situations.

Le brigadier général S.L.A. Marshall confirme cela dans ses recherches. Dans son livre Men Against Fire, il note que durant la Seconde Guerre mondiale seulement 15% des tirs ont volontairement visé au soldat ennemi exposé.

Dans l’armée, où tuer est considéré comme parfois nécessaire et acceptable, cet acte reste extrêmement difficile et contre nature. Comment alors 2 individus isolés ont-ils pu tuer 12 personnes de sang-froid?

Désuhaminiser l’autre pour pouvoir le supprimer. Découvrons les 3 étapes vers un acte extrémiste.

1. Échanger sa liberté de penser contre la sécurité du dogme

S’il y a un autre instinct que l’être humain manifeste en addition à se réticence à tuer, c’est le besoin de sécurité. Pendant des millénaires, l’être humain à évoluer dans un environnement dangereux, et le besoin de sécurité a primé sur tous les autres. Avant de se nourrir et de se reproduire, nos ancêtres devaient s’assurer de ne pas être dévorés par une bête sauvage. Ce puissant besoin de sécurité, on le porte encore en nous. Et ce besoin n’est pas seulement d’ordre physique, il l’est également d’ordre émotionnel et mental.

Évoluer dans un groupe (familial, ethnique, culturel, religieux) permet d’avoir sa protection. Mais cela nécessite de se soumettre à ses règles au risque d’être exclue.

Une vision rigide du monde donne une forte illusion de sécurité

Plus le groupe est restreint et structuré, et plus il donne l’illusion de sécurité. Les règles y sont clairement établies. Le groupe adopte un dogme (sa lecture du monde) et l’individu doit s’y soumettre pour pouvoir bénéficier de ses avantages. En suivant les règles, il va pouvoir être accepté et soutenu par les autres.

Le risque apparait lorsque le groupe adopte une vision binaire du monde: c’est noir ou blanc, bien ou mal. Ces groupes que l’on peut retrouver dans les milieux religieux, ethniques, ou même politiques, attirent souvent des personnes en perte de repère et en grand besoin de sécurité et de stabilité.

Le fanatique en construction va s’associer et s’identifier pleinement à un groupe et à son dogme dominant, au risque d’abandonner sa liberté de pensée. La sécurité (illusoire) qu’il y gagne vient soulager ses manques et lui redonne de l’espoir. Pour garder cela, il est prêt à renoncer à son libre arbitre et aux autres.

2. Exclure l’autre : tu es avec moi ou contre moi

L’un des effets pernicieux de l’appartenance à un groupe au dogme binaire, c’est que cela va invariablement exclure ceux qui n’appartiennent pas au groupe.

Au cours de mes voyages en Asie et au proche orient, mon intérêt pour la spiritualité m’a conduit à suivre des groupes de discussions issues des différentes traditions (principalement l’islam, l’hindouisme et le bouddhisme). Si le contenu était souvent instructif et intéressant, j’ai constaté qu’il arrivait un moment, dans certains groupes, où l’autre (celui qui n’a pas la même vision du monde) était exclu. Cela se faisait plus ou moins explicitement.

On peut alors comprendre comment certains groupes, avec une vision bien plus rigide de la réalité et de ce que le monde devrait être, risquent de rejeter totalement ceux qui n’adoptent pas leur vision. Pire encore, ils risquent d’accuser l’extérieur d’être la cause de leurs problèmes.

Rejeter tout ce qui remet en question ses croyances

Une personne qui adopte une vision rigide de la réalité et qui associe cela à sa sécurité (et par extension à la sécurité de ses proches) va défendre corps et âme sa version étriquée du monde. Cette personne doit avant tout lutter contre ses propres doutes et ses conflits intérieurs (culpabilité et colère), mais cela crée peurs et angoisses. Si elle n’a pas suffisamment de maturité émotionnelle, elle va préférer confronter l’extérieur plutôt que de vivre son angoisse existentielle. 

Tout ce qui s’oppose à ses croyances va alors être perçu comme dangereux. Une personne dans cette situation risque de durcir de plus en plus son interprétation du monde, de s’isoler avec des personnes qui partagent sa vision, et de se couper peu à peu de la réalité et des autres. Elle risque alors d’être susceptible de violemment manifester son rejet de l’autre.

3. L’exemple de la violence

La 3e étape qui risque de pousser un individu à commettre un acte violent fondé sur une vision biaisée du monde nécessite de voir une personne de son groupe agir de la sorte.

Les deux hommes accusés d’avoir commis l’attaque contre l’hebdomadaire satirique ont été entraîné au Yemen (et en Iraq) et ont certainement vu certains des leurs camarades commettre des atrocités.

Dans notre système nerveux, il existe des neurones appelés neurones miroirs qui s’activent lorsque l’on voit l’autre agir. Si par exemple, vous apercevez une personne fronçant les sourcils et serrant la mâchoire, les neurones impliqués dans ces mouvements vont également commencer à s’activer dans votre cerveau. Cela permet à l’enfant d’assimiler certains gestes, et aux adultes de ‘ressentir’ l’autre.

Ce que la recherche a montré c’est que les neurones miroirs sont particulièrement actifs lorsque l’on observe une personne avec qui l’on partage des liens forts. C’est pourquoi un enfant va souvent présenter la même posture et la même façon de se mouvoir que l’un de ses parents.

Lorsque le potentiel tueur observe un allié qui partage sa vision du monde, qui le rassure et qui le soutient, il va être particulièrement réceptif à la gestuelle et à l’état d’être de son mentor. Si ce dernier commet des actes de violence, il le conditionne à agir de la même sorte. Il faut peu,  l’encouragement du groupe par exemple, pour alors pousser notre homme à passer à l’acte.

Se désensibiliser face à la violence

Dans son livre témoignage, La Coquille, Moustafa Khalifé, explique d’une façon poignante la graduelle désensibilisation de ses geôliers. Après un séjour de 6 ans en France où Moustafa étudie la cinématographie, il retourne à son pays d’origine la Syrie. Il est alors arrêté, car soupçonné d’appartenir au mouvement des frères musulmans. Il va pendant 16 ans subir le calvaire de la prison. Moustafa explique que ses geôliers pratiquaient régulièrement la torture. Il raconte que lorsqu’un nouveau et jeune fonctionnaire arrivait à ce poste, il était d’abord choqué par le traitement que l’on faisait subir aux prisonniers. Moustafa a vu vomir ces nouveaux geôliers devant une telle violence. Il pouvait deviner de la pitié dans leur regard. Puis au cours des semaines, les nouveaux venus perdaient peu à peu leur sensibilité et devenaient tout aussi cruels que leurs prédécesseurs.

Un autre exemple nous est donné par un article paru dans le San Francisco Chronicles, où des soldats Israéliens ont été interviewés. Ces soldats avaient servi dans les territoires occupés, et interagissaient régulièrement avec les jeunes Palestiniens. L’un des soldats a noté que lorsqu’il a pris son poste, il a au début été choqué du traitement infligeait par ses partenaires aux adolescents arabes: humiliation verbale, coups de poing au visage, les jeter à terre. Mais graduellement, d’une part pour être accepté par son groupe et d’autre part par familiarité, il a lui-même commencé à abuser de la violence.

L’exemple de la violence risque donc de conduire une personne à se désensibiliser de la souffrance d’autrui. Le passage à l’acte devient alors possible.

Ces 3 étapes rendent possible l’inimaginable: tuer une autre personne, car elle ne pense pas comme nous.

Mais que peut-on faire face à cela?

En début d’article, je notais que comprendre ces hommes qui ont commis cet acte barbare est le meilleur moyen de prévenir de futurs actes de violence.

Le point essentiel qui fait basculer une personne vers un potentiel acte de violence, c’est lorsque cette dernière abandonne sa liberté de penser et de ressentir. C’est cela qui risque alors de graduellement la faire se déconnecter de sa propre humanité et du monde autour d’elle.

Plus l’on devient rigide dans notre façon de penser, car nous croyons y trouver la sécurité, plus nous risquons de nous couper de la réalité qui est elle est fluide et sans cesse changeante.

Notre dialogue interne détermine notre rigidité. Si l’on juge sans arrêt les autres, si l’on met des étiquettes « bien » ou « mauvaise » sur nos expériences, cela indique alors une crispation face au monde autour de nous.

Il est alors plus que temps de réapprendre à lâcher prise. À lâcher ses croyances et à simplement ressentir la vie au moment présent. Cela sera le meilleur moyen d’éviter de tomber dans un dogme, quel qu’il soit. Cela permet de développer une vigilance face à la facilité d’un état d’esprit fixe et rigide. Cela pourra également inspirer les personnes autour de vous, à adopter cette attitude flexible face au monde.

Un tel état d’être crée un terreau idéal pour un monde plus tolérant et plus fraternel.

Devant la violence de l’attaque de Charlie Hebdo, et l’apparente urgence d’agir, vouloir apprendre à vivre au présent peut sembler secondaire voir naïve. Et pourtant, c’est, je le crois, sincèrement le meilleur moyen de rendre le monde meilleur.

Laissons à la police et à la justice le souci d’arrêter et de juger ces hommes. Et agissons sur ce que nous pouvons agir: nous-mêmes.

Au téléphone

Au bout de la ligne, mon ami, qui est comme moi de culture musulmane, déplore cet attentat, pour les victimes, leurs familles, la liberté de la presse, mais aussi pour les musulmans de France. Je l’écoute et pense en même temps à la haine qui risque d’envahir le coeur des hommes et des femmes en France et à l’étranger.

Après avoir raccroché, je visite ma page Facebook, et ce que je craignais se concrétisait. En plus de créer de la désolation, cette attaque a nourri les sentiments de haine et d’impuissance. C’est pourquoi j’ai voulu écrire cet article, car comme le bouddha l’a dit: « Jamais la haine n’éteint les haines en ce monde. Par l’amour seul, les haines sont éteintes. C’est une loi éternelle. »

Commençons par nous aimer nous même. Prendre soin de soi, de son humanité et de son amour pour ses proches est le meilleur moyen de lutter contre la barbarie.

Qu’est ce que vous avez pensé de ce triste évènement? Partager dans la zone commentaire.

Sources: Killology Research Group, Mascoutah, IL. USA. ; La Coquille, édition Actes Sud ; SF Chronicles ; Milko pour citation bouddha. 

Cliquez sur l'image pour découvrir l'exercice 

Par Moutassem

Bonjour et bienvenue! J’anime ce blog pour vous donner l’envie et les outils pour explorer le fascinant monde de la méditation. Je vous invite, dès maintenant, à suivre avec moi une méditation guidée qui vous plongera dans le moment présent >>

S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marie
Marie
5 années il y a

J’ai beaucoup de peine face a tant de barbarie ; je vis à Paris 11 … c’etait des voisins a qq rues et nous sommes beaucoup a etre touchés du symbole que l’on veut tuer , de notre liberté d’expression et de penser …je suis touchée par la solidarité mondiale … l’amour en bouclier

beatrice
beatrice
5 années il y a

Les religions sont dangereuses elles ont souvent été la source de guerres ,de violence ,de barbarie alors qu’elles devraient apprendre aux peuples à s’aimer ,je me pose la question :si les religions n’existaient pas,est ce que la guerre existerait? Et ma réponse est :non enfin c’est ce que je pense

Pascale
Pascale
5 années il y a

Merci Moutassem,
Je suis entièrement d’accord avec ton analyse et avec l’attitude qu’il nous appartient d’avoir.
Il n’y a que l’amour inconditionnel qui puisse venir à bout de la haine.

Mathilde
Mathilde
5 années il y a

Je me sens totalement en accord avec cette vision des choses. Non, répondre par de la haine à la haine ou par de la violence à la violence n’a jamais rien résolu. Prenons soin de garder notre coeur aussi pur que possible, ce qui demande déjà une pratique de la vigilance. Agrandissons l’espace autour de notre conscience pour ne pas tomber dans des réactions primaires qui ne rendront service qu’aux vendeurs d’armes qui sont trop heureux de voir des conflits enflammer les foules… Laissons faire la police et la justice et occupons-nous de purifier notre conscience de ses scories. ENSEMBLE… Lire la suite »

bénédicte
bénédicte
5 années il y a

De mon Québec gelé, j’ai le feu au coeur, cela me choque terriblement et je suis envahie d’une grande tristesse. Pour ma part je pense que les religions = barbaries, Charlie = humour, 7 janvier 2015 = horreur! Je pense qu’il est temps de croire en nous terriens, plutôt qu’en des messies, dieux ou autres prophètes qui aliènent notre bonté humaine.

J’ai beaucoup aimé votre article, il m’inspire et me calme. merci

Isabelle
Isabelle
5 années il y a

Je n’ai volontairement pas allumé les infos pour ne pas me laisser envahir par la peur, la colère ou la tristesse,… Que faut-il défendre aujourd’hui ? la liberté d’expression dans ce monde où nous prenons peu en compte l’écoute et où nous avons du mal à communiquer ? la non violence dans cette société et ce monde violents par toutes ces inégalités ? Un regard bienveillant à cette humanité qui a mal. Comment dépasser ce sentiment de colère, de haine, de peur qui pourrait nous envahir face à cet acte barbarie ? Pourquoi ces hommes vouent-ils leur vie à la… Lire la suite »

Claude
Claude
5 années il y a

Bonjour,
Oui il ne faut pas que la haine appelle la haine. la haine est un sentiment extrême qui amène à l’extrémisme dans tous les milieux et dans tous les domaines. L’apprentissage du respect et de la différence de l’autre passe effectivement par l’amour de soi. Je regrette que tout cela ne soit pas appris à nos enfants…..

Laurette
Laurette
5 années il y a

Je ne ressens ni haine ni désir de vengeance, juste une grande tristesse et une baisse dans mes espoirs d’un monde meilleur, plus fort en amour et en tolérance. Je doute que l’on puisse changer quand on en arrive à de tels acts et malheureusement il y a de plus en plus de personnes qui choisissent la violence et la haine pour s’imposer, pour se défendre, pour se protéger ou tout simplement pour donner un sens à leur vie. On a beau être de plus en plus nombreux à prôner l’amour et la tolérance, un seul a le pouvoir de… Lire la suite »

Céline
Céline
5 années il y a

Je suis triste par cet événement mais je n’ai pas de haine, je pense beaucoup aux familles des victimes et à l’équipe du journal. Hier, j’ai allumer une bougie pour leur rendre hommage, j’ai été calme toute la journée, je suis allée au rassemblement en fin de journée dans ma ville pour soutenir. Il faut s’aimer soi-même et aimer les autres, c’est grâce à cet Amour Universelle que nous changerons le monde et apprendre dès maintenant à vivre l’instant présent, chaque moment intensément car nous oublions bien trop souvent que nous sommes loin d’être immortel !

Marie
Marie
5 années il y a

Bonjour,
je ressens aussi une grande tristesse face à cet événement, mais pourtant toute cette solidarité ne fait que accroître mon sentiment d’espoir vers un monde meilleur et qui peut changer. Désespérer est la pire des choses à faire , essayons malgré tout de croire en l’humain et battons nous avec calme, avec nos paroles, nos crayons, ect…
Une telle barbarie ne peut plus exister.

co
co
5 années il y a

bonjour,
je suis d accord avec vs et ac bouddha, c est avec l amour qu il faut combattre la haine et c est en pensant a l avenir d un monde meilleur qu il faut agir chaques jours , chaques instants. quel monde va t on laisser a nos enfants ??? soutenons, rassemblons ns, parlons, eduquons nos enfants afin de laisser germer en eux les graines de la liberté. qu est ce qui est le plus important maintenant ?? la vie , l amour , la liberte, la tolerance et la laicite de ce beaux pays la france.

Jocelyne
Jocelyne
5 années il y a

Merci Moutassem pour ce partage. De la tristesse bien sûr, de la douleur devant tant d’horreur et de souffrance et à la fois la conviction qu’un profond mouvement de prise de conscience s’opère au quatre coins du monde… Je partage ton point de vue Marie, nous avons toutes les chances d’espérer et comme je suis convaincue que nos pensées fabriquent le monde dans lequel nous vivons alors élevons nos pensées pour quelles soient le plus souvent possible porteuses de Lumière, d’Amour, de tolérance, d’envie d’apprendre, de découverte de Soi et de l’Autre, de Paix… Nos pensées négatives ou pire de… Lire la suite »